NOUVELLES

L'Égypte refoule deux employés de HRW, dont le directeur exécutif

11/08/2014 11:22 EDT | Actualisé 11/10/2014 05:12 EDT

CAIRE, Égypte - Les autorités égyptiennes ont empêché le directeur exécutif de Human Rights Watch et un autre employé américain d'entrer au pays, lundi, avant la publication par le groupe d'un rapport qui condamne des centaines de meurtres commis par les forces de l'ordre l'été dernier.

C'est la première fois que l'Égypte interdit à des représentants de l'organisation new-yorkaise de défense des droits de la personne de pénétrer sur son territoire.

Le directeur exécutif de HRW, Kenneth Roth, et la directrice pour l'Afrique du Nord, Sarah Leah Whitson, devaient rencontrer des diplomates et des journalistes concernant leur enquête sur les événements sanglants de juillet et août 2013, dans la foulée du renversement du président islamiste Mohammed Morsi.

Le rapport, qui devait être publié mardi, documente des centaines de morts survenues lors de six incidents différents. Human Rights Watch affirme notamment que le raid des forces de l'ordre contre des manifestants rassemblés sur la place Rabaah al-Adawiyah, au Caire, constitue le pire massacre de l'histoire égyptienne moderne.

Dans un communiqué diffusé lundi, HRW affirme que les forces de l'ordre égyptiennes ont méthodiquement ouvert le feu à l'aide de balles réelles, tuant au moins 1150 manifestants. Personne n'a été tenu responsable de cette tuerie et aucune enquête n'a été rendue publique.

Un responsable de l'aéroport du Caire a expliqué que les deux représentants de HRW ont été refoulés sur la base des instructions transmises par une agence de sécurité, sans fournir plus de détails.

«Il semblerait que le gouvernement égyptien ne veut pas faire face à la réalité de ces exactions, et encore bien moi demander des comptes à ceux qui en sont responsables», a dit M. Roth par voie de communiqué.

S'exprimant sur Twitter depuis l'aéroport, M. Roth a dit que le massacre de Rabaah «est trop sanglant pour que fonctionne l'approche tête-dans-le-sable de l'Égypte. Bloquer HRW ne fera pas oublier le monde.»

PLUS:pc