NOUVELLES

Les marchés boursiers avancent avec un relâchement des tensions géopolitiques

11/08/2014 05:30 EDT | Actualisé 11/10/2014 05:12 EDT

TORONTO - La Bourse de Toronto a clôturé en hausse lundi, profitant d'un relâchement dans les tensions entre l'Ukraine et la Russie, tandis que la Chine dévoilait des données économiques rassurantes sur l'inflation.

L'indice composé S&P/TSX a progressé de 65,33 points pour terminer la séance avec 15 261,64 points.

Le dollar canadien s'est pour sa part apprécié de 0,43 cent US à 91,58 cents US.

Les principaux indices boursiers américains ont aussi avancé, les opérateurs étant mieux disposés à prendre des risques depuis que certains média ont rapporté, vendredi, que la Russie mettait fin à ses exercices militaires près de l'Ukraine.

Les gains des marchés américains ont cependant commencé à perdre des plumes en fin d'avant-midi, lundi, lorsque le gouvernement ukrainien a annoncé que la Croix-Rouge enverrait un convoi humanitaire international dans l'est du pays avec l'aide de la Russie, de l'Union européenne et des États-Unis.

De telles initiatives ont précédemment été décriées par l'Ukraine et l'Occident, qui craignaient qu'elles ne puissent servir de prétexte pour l'envoi de soldats russes dans des territoires contrôlés par les rebelles.

La moyenne Dow Jones des valeurs industrielles a terminé la journée sur une hausse de 16,05 points à 16 569,98 points, tandis que l'indice élargi S&P 500 a pris 5,33 points à 1936,92 points et que l'indice composé du Nasdaq a grimpé de 30,43 points à 4401,33 points.

Par ailleurs, l'inflation chinoise est restée stable à 2,3 pour cent en juillet, bien en deçà de la cible officielle de 3,5 pour cent pour l'année. Cela donne à la banque centrale du pays une bonne marge de manoeuvre pour stimuler son économie, qui a affiché une croissance de 7,5 pour cent au plus récent trimestre.

La plupart de l'élan du TSX trouvait son origine lundi dans le secteur de la finance, qui a progressé de 0,57 pour cent. Les investisseurs n'ont pas semblé s'émouvoir de la décision de l'agence de notation Standard & Poor's, qui a révisé à baisse vendredi son évaluation des banques canadiennes.

La décision de S&P découle de la crainte qu'Ottawa puisse être réticent à tirer d'affaire de grosses institutions financières dans le cas d'un éventuel nouvel d'effondrement de l'économie et qu'il favorise plutôt une solution de recapitalisation interne, sans recours à l'argent des contribuables.

Le secteur de l'industrie du parquet torontois a quant à lui pris 0,75 pour cent.

Le groupe des métaux de base a terminé la journée au même point que vendredi, les nouvelles en provenance de la Chine n'ayant pas suffi pour faire grimper les cours des métaux. Le prix du cuivre est resté inchangé à 3,17 $ US la livre à la Bourse des matières premières de New York.

Le secteur aurifère a pris 0,27 pour cent, le cours du lingot d'or ayant pour sa part retraité de 50 cents US à 1310,50 $ US l'once à New York.

Le groupe torontois de l'énergie a quant à lui légèrement avancé, tandis que le cours du pétrole brut gagnait 43 cents Us à 98,08 $ US le baril à New York.

PLUS:pc