POLITIQUE

Hausse des tarifs d'Hydro-Québec : Pierre Arcand se dit préoccupé, mais n'intervient pas

11/08/2014 01:04 EDT | Actualisé 11/10/2014 05:12 EDT
Agence QMI

Le ministre de l'Énergie et des Ressources naturelles du Québec, Pierre Arcand, se dit « préoccupé » par le désir d'Hydro-Québec de hausser une nouvelle fois ses tarifs, mais ne prévoit pas intervenir auprès de la Régie de l'énergie.

« La situation est préoccupante pour nous », a affirmé le ministre ce matin sur ICI RDI.

Hydro-Québec a annoncé la semaine dernière son intention d'augmenter ses tarifs résidentiels de 3,9 % en avril 2015, une hausse qui doit être approuvée par la Régie de l'énergie.

Le ministre Arcand soutient qu'il fait confiance à la Régie, un « tribunal indépendant, qui va vraiment voir à ce qu'Hydro puisse justifier cette demande-là ».

Quand on lui a demandé si le gouvernement pouvait intervenir auprès de la Régie ou d'Hydro-Québec pour empêcher la hausse, Pierre Arcand a répondu que c'était possible, mais dans des « cas vraiment extrêmes ».

« On a dit qu'on allait encadrer beaucoup mieux les hausses de l'hydroélectricité, donc c'est ce qu'on va faire, a-t-il ajouté. C'est une demande d'Hydro, ce n'est pas une décision de la Régie de l'énergie. »

Développer l'énergie éolienne

Pendant que plusieurs attribuent cette nouvelle hausse proposée au développement de l'énergie éolienne, le ministre reste prudent.

Le gouvernement croit à la filière éolienne et souhaite encadrer son développement, a-t-il rappelé.

« On est là pour essayer de les aider, mais on ne veut pas que les consommateurs fassent les frais de cette croissance future de l'industrie éolienne », a soutenu le ministre.

À ceux qui ont l'impression qu'on leur demande de payer davantage alors qu'Hydro a des surplus d'énergie, le ministre répond que la consommation résidentielle est en augmentation.

Les surplus proviendraient plutôt d'une baisse dans la consommation industrielle, baisse que le gouvernement tente d'atténuer en attirant de nouvelles industries.

« Si demain matin on va chercher une nouvelle aluminerie [...] à ce moment-là, on n'en a plus de surplus énergétiques. »

INOLTRE SU HUFFPOST

Les cinq PDG de sociétés d'État les mieux payés