POLITIQUE

Frais de scolarité des étudiants français au Québec : pas d'entente en vue

11/08/2014 11:18 EDT | Actualisé 12/08/2014 04:05 EDT
RF

QUÉBEC - Alors que le président français François Hollande sera en visite officielle à Québec cet automne, le gouvernement Couillard et la France ne se sont toujours pas entendus dans le dossier des frais de scolarité imposés aux étudiants français dans la Belle province.

Les négociations se poursuivent, mais aucune entente n'est en vue, ont confirmé au Huffington Post Québec deux sources proches du dossier.

Au printemps dernier, la ministre des Relations internationales, Christine St-Pierre, a annoncé le maintien de la hausse décrétée par le gouvernement Marois des frais de scolarité pour les étudiants français. Ceux-ci bénéficient du même tarif que les étudiants québécois en vertu d'une entente signée en 1978. Le coût pour les étudiants français pourrait tripler si ceux-ci devaient payer le même tarif que les autres étudiants étrangers.

Une nouvelle entente devait d'abord être conclue à la mi-octobre, à l'occasion de la visite de François Hollande. Aujourd'hui on est moins catégorique, tout en soulignant que d'autres rendez-vous permettront de signer l'accord, comme une visite de Philippe Couillard en France au début de l'an prochain.

Toutefois, la venue à Québec du président Hollande, qui doit rencontrer le premier ministre Stephen Harper par la même occasion, n'est pas remise en question.

Cette hausse annoncée s'inscrit parmi les nombreuses réformes du gouvernement Couillard pour combler le déficit de la province et assainir les finances publiques.

Les discussions entre le Québec et la France ont débuté lors du passage de Christine St-Pierre à Paris au printemps dernier, mais ont ensuite été ralenties par la période estivale.

Chose certaine, le gouvernement n'entend pas reculer sur la hausse des tarifs pour les étudiants français, affirme une source gouvernementale. Les discussions portent plutôt sur le montant de la hausse et sur le calendrier pour y arriver. Certains scénarios, comme une modulation selon les cycles universitaires, ont été évoqués au printemps dernier.

Pour le moment, les étudiants français paient environ 2 300$ par année pour étudier au premier cycle au Québec. Les autres étudiants étrangers, eux, paient 6 300$ pour la même formation. Les Québécois qui étudient en France paient le tarif français, soit 183 euros annuellement pour la licence, et 254 euros pour le master.

INOLTRE SU HUFFPOST

11 controverses du gouvernement Couillard