NOUVELLES

Combattants étrangers : un projet de résolution pour sanctionner le recrutement et le financement est proposé par le Royaume-Uni

11/08/2014 04:41 EDT | Actualisé 11/10/2014 05:12 EDT
ASSOCIATED PRESS
FILE - In this undated file picture released on Friday Nov. 29, 2013, and posted on the Facebook page of a militant group, members of Ahrar al-Sham brigade, one of the Syrian rebels groups, exercise in a train camp at unknown place in Syria. With a new label - the Islamic State of Iraq and the Levant - the global terror network al-Qaida is positioning itself as a vanguard defending a persecuted Sunni community against Shiite-dominated governments across Syria, Lebanon and Iraq. For moderates around the region, the renewed assertiveness of the jihadis is increasingly taking on the aspect of a regional calamity. (AP Photo, File

Le Royaume-Uni a proposé un projet de résolution aux Nations unies visant à sanctionner le recrutement et le financement de combattants étrangers pour le groupe État islamique contrôlant désormais de larges portions de la Syrie et de l'Irak, et pour tout autre groupe terroriste relié à Al-Qaïda.

La première ébauche, obtenue lundi par l'Associated Press, appelle tous les pays à prendre des mesures pour contrer l'ajout de combattants étrangers à ces groupes et demande le retrait immédiat de ceux se trouvant déjà en Irak et en Syrie.

Le projet de résolution demande aussi que tous les militants de l'État islamique, du Jabhat Al-Nosra, et d'autres groupes reliés à Al-Qaïda «cessent toutes les atrocités et les gestes terroristes».

Le projet de résolution exprime la volonté du Conseil de sécurité d'imposer des sanctions contre les gens recrutant, soutenant et combattant pour les groupes terroristes, et affirme qu'une liste de personnes sera ajoutée à la résolution avant son adoption.

Des experts du conseil ont discuté du texte, lundi, et plusieurs diplomates ont dit espérer que la résolution puisse être adoptée aussi tôt qu'à la fin de cette semaine.

Un diplomate du conseil, parlant sous le couvert de l'anonymat car les discussions se passent derrière des portes closes, a affirmé que les États-Unis souhaitaient ajouter une déclaration ciblant particulièrement les attaques de l'État islamique ayant contraint des centaines de milliers d'Irakiens, dont bon nombre des communautés vulnérables yézidies et chrétiennes, à fuir.

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.

data-href="https://www.facebook.com/HuffPostQuebec" data-send="truedata-width="570"data-show-faces="false"data-font="arial">



Comment connecter son compte HuffPost à Facebook pour pouvoir commenter?

INOLTRE SU HUFFPOST

L'Irak depuis la chute de Saddam Hussein