NOUVELLES

Syrie: un bébé extrait du ventre de sa mère blessée dans un raid (vidéo)

10/08/2014 11:56 EDT | Actualisé 10/10/2014 05:12 EDT

Douze civils, dont cinq enfants, ont été tués et 23, dont une mère et un bébé extrait de son ventre, blessés dimanche dans un raid du régime syrien sur un bastion des jihadistes dans le Nord, selon une ONG et une vidéo amateur.

La vidéo, diffusée dimanche par des militants de la ville de Raqa, et dont l'authenticité n'a pas pu être vérifiée par l'AFP, montre un frêle nourrisson en train d'être réanimé à travers un masque respiratoire posé sur son visage et, à ses côtés, du coton imbibé de sang.

Son petit thorax répond à la réanimation tandis que sa tête tachée de sang est enveloppée d'une gaze.

"La mère de ce bébé a été blessée au ventre, on a dû alors l'extraire. Sa tête a été touchée par des éclats et les médecins tentent de le réanimer", affirme une voix derrière la caméra.

L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) a confirmé que le nourrisson avait été extrait du ventre de sa mère et que les deux avaient survécu à leurs blessures.

Selon l'OSDH, 12 personnes dont cinq enfants, une femme et un instituteur, ont péri lorsqu'un bombardement de l'armée de l'air syrienne a touché des secteurs de la ville de Raqa, bastion des jihadistes de l'Etat islamique (EI).

Depuis l'offensive fulgurante de ce groupe extrémiste dans l'Irak voisin lancée en juin dernier, l'armée combat l'EI qui contrôle également l'est et des territoires dans le nord de la Syrie. Le groupe, qui a proclamé un "califat" fin juin, cherche à étendre son territoire.

L'EI sème la terreur dans ses bastions comme à Raqa, où il impose sa propre interprétation extrême de l'islam, mène des arrestations, des décapitations et même des lapidations.

Dans la province pétrolière de Deir Ezzor, qui est en grande majorité sous contrôle, l'EI a réussi à contrôler trois villages aux dépens d'une influente tribu locale, celle des Chaitat.

Les combats qui durent depuis deux semaines dans cette zone entre l'EI et cette tribu ont provoqué la mort de dizaines de personnes et poussé à l'exode plus de 5.000 civils.

Par ailleurs, selon l'OSDH, six combattants kurdes ont été tués, deux ont disparu et un autre a été blessé et enlevé, après des tirs d'hommes armés sur leur véhicule dans un quartier majoritairement arabe dans le sud-est de la ville de Hassakah (nord-est).

Les tireurs n'ont pas été identifiés, mais selon le directeur de l'OSDH Rami Abdel Rahmane, des forces du régime sont présentes dans cette zone et une partie de la population soutient l'EI.

La situation est tendue depuis vendredi dans cette zone où un homme a été tué par des tirs sur sa voiture. Il n'était pas clair qui étaient les auteurs des tirs mais, selon M. Rahmane, des habitants ont accusé des combattants kurdes.

Le conflit syrien opposant au départ régime et rebelles syriens est devenu de plus en plus complexe avec la montée en puissance des jihadistes et a fait plus de 170.000 morts.

kam/ram/sw/cco

PLUS:hp