NOUVELLES

L'Iran n'acceptera pas que son programme d'enrichissement devienne un simple "jouet" (responsable)

10/08/2014 07:57 EDT | Actualisé 10/10/2014 05:12 EDT

L'Iran n'acceptera pas que son programme d'enrichissement d'uranium soit réduit à un simple "jouet" à l'issue des négociations avec les grandes puissances, a déclaré dimanche Majid Takhte-Ravanchi, l'un des principaux négociateurs iraniens à l'agence officielle Irna.

"Nous l'avons dit à l'autre partie (...) Nous n'accepterons pas que notre programme d'enrichissement d'uranium ne soit réduit à un simple jouet", a déclaré M. Takhte-Ravanchi.

"Notre programme d'enrichissement a un cadre précis et nous ne pourrons pas accepter quelque chose en dehors de ce cadre", a-t-il ajouté en référence à l'ambition iranienne de se doter d'un programme d'enrichissement de taille industrielle.

L'étendue du programme d'enrichissement d'uranium est le principal sujet de discorde entre l'Iran et les puissances du groupe 5+1 (Etats-Unis, France, Royaume-Uni, Russie, Chine et Allemagne) qui négocient un accord définitif pour mettre fin à dix années de crise.

Les négociations prolongées de quatre mois par les deux parties --qui se sont fixées la date butoir du 24 novembre-- doivent reprendre en septembre prochain.

Le guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, qui a le dernier mot dans les grandes affaires du pays notamment le dossier nucléaire, a récemment déclaré que l'Iran devait avoir à terme une capacité de 190.000 SWU (Separative Work Unit, ou unité de travail de séparation). Ce qui représente plus de 140.000 centrifugeuses de type actuel (IR-1) ou plus de 8.000 centrifugeuses modernes que l'Iran est en train de tester actuellement.

Téhéran possède actuellement plus de 19.000 centrifugeuses, dont la majorité sont de type IR-1.

"Nous négocions dans le cadre de nos lignes rouges et nous ne reculerons pas d'un centimètre et nous l'avons dit très clairement à l'autre partie", a déclaré M. Takhte-Ravanchi.

"Ils doivent respecter nos lignes rouges (...) ils doivent être réalistes et non dans l'illusion. Ils ne doivent pas croire qu'ils peuvent nous dicter quelque chose. S'ils ont des demandes excessives, il n'y aura pas de résultat", a-t-il ajouté.

Les Etats-Unis et leurs alliés européens au sein du groupe 5+1 demandent que l'Iran réduise son programme d'enrichissement à 2.000 voire 4.000 centrifugeuses.

Ils accusent l'Iran de vouloir construire l'arme atomique sous couvert de son programme d'enrichissement d'uranium, ce que l'Iran a toujours démenti.

Des délégations iraniennes et américaines se sont rencontrées jeudi à Genève pour discuter des points de divergences. La délégation iranienne était dirigée par MM. Takhte-Ravanchi et Abbas Araghchi et la délégation américaine par William Burns, sous-secrétaire d'Etat.

sgh/faa

PLUS:hp