NOUVELLES

Le pape François a dénoncé les violences en Irak et dans la bande de Gaza

10/08/2014 11:17 EDT | Actualisé 10/10/2014 05:12 EDT

VATICAN, État de la Cité du Vatican - Le pape François n'a pas caché qu'il était outré face aux violences visant les minorités religieuses en Irak et il a invité la communauté internationale à «mettre un terme aux crimes» commis dans ce pays.

Il a profité de sa traditionnelle bénédiction du dimanche pour lancer un message bien senti, indiquant que les nouvelles en provenance de l'Irak plongent le public dans «le désarroi».

Le Saint-Père a fait allusion aux «milliers de civils, incluant de nombreux chrétiens, qui ont été brutalement forcés de quitter leur demeure, aux enfants qui sont morts de soif durant leur fuite et aux femmes qui ont été enlevées».

Il a également dénoncé la «destruction de trésors religieux, historiques et culturels», tout en pressant la communauté internationale de trouver «une solution politique efficace pour rétablir la règle de droit» en Irak.

Il a indiqué que son émissaire personnel, le cardinal Fernando Filoni, partira lundi pour se rendre dans ce pays «pour assurer les populations souffrantes» qu'elles sont dans les pensées du souverain pontife. Cet envoyé spécial, qui a joué le rôle d'ambassadeur du Vatican à Bagdad durant la guerre en Irak, perçoit ce voyage comme un signe de solidarité à l'égard des chrétiens qui font partie des groupes visés par les militants de l'État islamique.

Mgr Filoni a ouvertement reconnu qu'il s'attendait à rencontrer des difficultés pour se rendre dans le secteur où de multiplesréfugiés souffrent de la famine.

Par ailleurs, le chef de l'Église catholique a également fait allusion à la plus récente vague de violences dans la bande de Gaza qui a déjà coûté la vie à de nombreuses «victimes innocentes» et qui n'a fait qu'«aggraver le conflit entre Israéliens et Palestiniens».

Il s'envolera, mercredi, pour la Corée du Sud et il a demandé aux fidèles de «l'accompagner avec leurs prières».

PLUS:pc