NOUVELLES

Euro-2014 - Zurich attend les géants de la hauteur

10/08/2014 08:09 EDT | Actualisé 10/10/2014 05:12 EDT

Le choc des géants de la hauteur, le champion du monde ukrainien Bohdan Bondarenko face au Russe Ivan Ukhov, or olympique, sera l'attraction des 22èmes Championnats d'Europe d'athlétisme, du 12 au 17 août à Zurich.

Partage - La bande des quatre (Russie, France, Grande-Bretagne et Allemagne) se partagera à nouveau le gâteau des médailles, mais cette fois les Russes ne sont pas assurés de croquer la plus grosse part comme en 2010 à Barcelone.

Record - Si un sommet mondial doit être franchi au Letzigrund, cela risque fort d'être à la hauteur (2,45 m par le Cubain Javier Sotomayor en 1993), dont la finale est programmée vendredi soir. Depuis la saison dernière, Bondarenko a tenté à plusieurs reprises 2,46 m, et une fois 2,47 m, pour s'habituer. Le Français Renaud Lavillenie est seul au monde à la perche, mais il est resté loin, en plein air, de son record planétaire de l'hiver (6,16 m). Au niveau du continent, le jeune Français Pascal Martinot-Lagarde, 22 ans, descendu à 12 sec 95/1OOe en juillet à Monaco, peut dépoussiérer les 12 sec 91 au 110 m haies du Britannique Colin Jackson, qui datent également de 1993.

Défections russes - Devancée par l'Allemagne aux Championnats d'Europe par équipes fin juin à Brunswick, la Russie doit composer avec quelques absences de marque, notamment chez les dames, son traditionnel point fort. Ainsi les championnes olympiques Anna Chicherova (hauteur), blessée, et Mariya Savinova (800 m), ne concourront pas au Letzigrund. Entre maternités, problèmes physiques et suspensions pour dopage, la délégation de Moscou présentera un visage féminin inédit sur 400 m et dans les épreuves de demi-fond.

La France pour un record - Dix-huit médailles avaient garni le panier des Bleus à Barcelone, un sommet. Si l'encadrement se veut prudent, le président de la fédération Bernard Amsalem voit son équipe franchir le cap des 20 podiums. La greffe a bien pris entre la "génération Barcelone" (Lavillenie, Christophe Lemaitre et Jimmy Vicaut, Myriam Soumaré) et la nouvelle vague (Martinot-Lagarde, Pierre-Ambroise Bosse, Kevin Mayer).

Britanniques sur deux fronts - Deux semaines après les Jeux du Commonwealth, qu'ils se devaient d'honorer à domicile (Glasgow), les Britanniques repartent en campagne européenne. Le sélectionneur a réparti les forces du sprint entre les deux objectifs. La jeune génération est brillante, privée néanmoins de Katarina Johnson-Thompson, souffrant d'un pied, qui pouvait viser deux médailles d'or (longueur et heptathlon).

Domaine allemand - Dès qu'il y a un cercle, une Allemande (Betty Heidler, Linda Stahl) ou un Allemand (Robert Harting, David Storl) sont en lice pour la médaille. La Mannschaft a aussi retrouvé des couleurs en sprint (Julian Reuss) et en demi-fond. La Pologne, adversaie numéro un de l'Allemagne dans les lancers, les Pays-Bas, autour de la sculpturale sprinteuse Dafne Schippers, en piste pour le doublé 100/200 m, et l'Ukraine sont les autres pays attendus au tableau des médailles.

asc/gv

PLUS:hp