NOUVELLES

Ukraine: explosions à Donetsk, Kiev accuse la Russie de préparer une intervention

09/08/2014 03:28 EDT | Actualisé 08/10/2014 05:12 EDT

Des tirs à l'arme lourde ont frappé samedi matin Donetsk, principale ville aux mains des séparatistes de l'est de l'Ukraine, tandis que Kiev a accusé la Russie d'avoir voulu intervenir militairement sous prétexte humanitaire.

Une journaliste de l'AFP a entendu de fortes explosions, apparemment dans deux endroits différents, vers 06H00 locales (03H00 GMT).

Selon la mairie, des obus ont touché le quartier Kyivski, au nord-ouest. Aucun immeuble d'habitation n'a été touché directement et aucune victime n'était à déplorer samedi matin, mais de nombreuses fenêtres ont été soufflées, a précisé la même source dans un communiqué.

L'offensive des forces ukrainiennes lancée il y a quatre mois se concentre désormais sur les principales places fortes rebelles et en particulier Donetsk, principale ville du bassin houiller du Donbass où les combats ont gagné ces derniers jours le centre.

Pendant la nuit de vendredi à samedi, les troupes ukrainiennes engagées dans l'est "ont été visées par des tirs à plusieurs reprises" et "il y a des victimes" dont le nombre reste à déterminer, a indiqué à l'AFP un porte-parole de l'état major ukrainien Olexiï Dmytrachkivski.

La Russie s'inquiète de la situation de plus en plus difficile pour les civils et demande des mesures d'urgence humanitaires.

A la télévision ukrainienne vendredi soir, le numéro deux de l'administration présidentielle ukrainienne, Valéry Tchaly, a accusé la Russie d'avoir tenté d'envoyer un convoi humanitaire en Ukraine.

"Une important convoi se dirigeait vers la frontière ukrainienne, escortée de militaires et de véhicules russes. Soi-disant en accord avec le Comité international de la Croix Rouge, un convoi humanitaire devait entrer dans le territoire ukrainien avec des troupes de maintien de la paix, évidemment pour provoquer un conflit d'ampleur", a-t-il affirmé, selon un communiqué de la présidence retranscrivant ses propos.

Selon lui, le président ukrainien Petro Porochenko "a arrêté cette provocation par la voie diplomatique", après s'être entretenu au téléphone avec le secrétaire d'Etat John Kerry. Le ministre ukrainien des Affaires étrangères Pavlo Klimkine s'est entretenu avec son homologue russe Sergueï Lavrov, qui a assuré que le convoi serait arrêté, a rapporté M. Tchaly.

os-gmo/ia

PLUS:hp