NOUVELLES

Quelques milliers de manifestants pro-Gaza à Paris

09/08/2014 10:44 EDT | Actualisé 09/10/2014 05:12 EDT

Quelques milliers de personnes ont manifesté dans le calme samedi après-midi à Paris pour dénoncer l'"agression israélienne" à Gaza et réclamer la "levée" du blocus" de l'enclave palestinienne, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Un important dispositif de sécurité avait été déployé pour prévenir tout débordement à l'occasion de cette manifestation, autorisée, organisée par divers mouvements et associations regroupées dans le Collectif national pour une paix juste et durable entre Palestiniens et Israéliens.

Des rassemblements ont également eu lieu dans diverses villes de France, mais ont en général moins mobilisé que les précédentes manifestations.

"On a l'impression que tout le monde se fiche de cette guerre", a relevé Mahmoud, un étudiant de 20 ans, venu manifester à Paris. Samedi dernier entre 11.500 et 20.000 personnes avaient participé à la manifestation parisienne.

Pour le réalisateur et producteur de cinéma israélien Eyal Sivan, venu défiler avec une dizaine de ses compatriotes "en solidarité avec Gaza", "les gens ont peur des amalgames, peur de manifester". "Les Francais aiment aussi beaucoup trop leurs vacances", plaisante-t-il.

Les Français, dans une large majorité, gardent leur réserve face au conflit israélo-palestinien, les trois-quarts (74%) d'entre eux n'exprimant pas de sympathie particulière pour l'un ou l'autre camp, selon un sondage Ifop à paraître dimanche dans le quotidien Sud-Ouest. 17% déclarent que leur sympathie va "aux Palestiniens", et 9% "à Israël".

Un cessez-le-feu est entré en vigueur mardi à Gaza mais a expiré vendredi matin sans qu'Israéliens et Palestiniens ne parviennent à s'entendre sur sa prolongation. Israël s'est dit disposé à traiter avec l'Autorité palestinienne mais pas avec le Hamas, qui contrôle Gaza, et qu'il considère comme une organisation terroriste. Le Hamas a prévenu de son côté qu'il ne ferait "aucune concession" à Israël.

L'opération "Bordure protectrice", déclenchée le 8 juillet par Israël pour faire cesser les tirs de roquettes et détruire le réseau de tunnels servant à des incursions sur son territoire, a tué plus de 1.900 Palestiniens, dont des centaines d'enfants, selon les services de secours palestiniens. Côté israélien, 64 soldats et trois civils ont péri.

bat-jlo-sde/ger/nou/plh

PLUS:hp