NOUVELLES

L'Inde veut enrôler les chiens errants dans la police

09/08/2014 04:24 EDT | Actualisé 08/10/2014 05:12 EDT

Les chiens qui errent dans les rues de New Delhi pourraient bientôt se retrouver à l'école de police, les autorités municipales ayant décidé d'enrôler une partie de ces nombreux animaux pour aider à assurer la sécurité.

Les habitants de la capitale indienne ont depuis longtemps pris l'habitude d'adopter de façon informelle des chiens errants qu'ils nourrissent et utilisent pour garder leur maison, mais c'est la première fois que les autorités décident d'en faire autant.

Ces chiens, une fois entraînés, travailleraient aux côtés de la police municipale.

"Si ces chiens doivent traîner dans la ville, autant les faire travailler", a déclaré le président de la municipalité, Jalaj Shrivastava, au journal The Hindu.

"Cette initiative résoudrait deux problèmes à la fois : cela réduirait le nombre de chiens errants, et permettrait de mieux assurer la sécurité des habitants", a-t-il ajouté, sans préciser combien de chiens seraient concernés par ce projet.

Selon les dernières statistiques disponibles, New Delhi comptait en 2009 plus de 260.000 chiens errants.

Si certains sont plutôt dociles, d'autre peuvent être agressifs, et on enregistre dans la ville de nombreux cas de morsure.

Une loi de 2001 a interdit de tuer les chiens errants, et leur population s'est multipliée depuis, se nourrissant de ce que peuvent leur donner des habitants mais surtout des énormes tas d'ordures. Les hindous s'opposent à l'idée de tuer certains animaux.

Malgré les campagnes de stérilisation et de vaccination menées dans de nombreuses villes d'Inde, quelque 20.000 personnes meurent encore de la rage chaque année dans le pays, le tiers du total mondial.

Ce projet n'est pas le premier à concerner les animaux dans la capitale indienne. La ville a également un problème avec les macaques, qui infestent les bâtiments gouvernementaux, entrant dans les bureaux, terrorisant les employés et volant nourriture et dossiers.

Traditionnellement, on utilisait pour les chasser d'autres singes, des langurs. Mais une loi qui a commencé à être appliquée il y a deux ans interdit désormais de garder des langurs en captivité.

La ville a donc annoncé récemment qu'elle avait embauché 40 imitateurs de singes professionnels, qui imiteront le cri des langurs pour chasser les macaques.

pmc/lm/ia/pt

PLUS:hp