NOUVELLES

La Journée internationale des peuples autochtones soulignée ici et ailleurs

09/08/2014 01:00 EDT | Actualisé 09/10/2014 05:12 EDT
Radio-Canada

Depuis 1995, le 9 août est la « Journée internationale des peuples autochtones », l'occasion de faire le point sur la situation de ces populations, tant au Canada qu'ailleurs dans le monde.

La discrimination continue de faire rage et les 370 millions d'autochtones répartis dans 70 pays sont trop souvent exclus des pouvoirs politique et économique, s'inquiète l'Organisation des Nations unies (ONU).

La question de la commercialisation et du brevetage sans consentement des savoirs traditionnels préoccupe aussi les organismes de défenses des peuples autochtones.

« Si nous voulons que [les peuples autochtones] contribuent à notre avenir commun, nous devons garantir leurs droits », a insisté le secrétaire général des Nations Unies Ban Ki-moon lors d'un évènement spécial tenu vendredi au siège de l'ONU à New York. « Les injustices historiques n'alimentent que trop souvent l'exclusion et la pauvreté », a-t-il ajouté.

Amnistie internationale a profité de l'occasion pour publier un rapport qui dénonce « les nombreuses inégalités et les violations des droits de l'homme auxquels sont confrontés les peuples autochtones à travers le continent américain. »

D'après l'organisme, les femmes et les hommes autochtones sont plus susceptibles d'être sous-payées, d'avoir de faibles niveaux d'éducation une espérance de vie inférieure à celle des autres citoyens.

« Les peuples autochtones dans les Amériques continuent à faire face à une litanie d'abus, a déclaré la directrice du programme Amériques d'Amnistie internationale, Guevara Rosas. Des communautés entières se voient refuser l'accès à leurs terres ancestrales, tandis que d'autres font face à la répression et les abus de violence pour avoir manifesté pacifiquement pour réclamer leurs droits. »

Au pays aussi

Pour le chef de l'Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador, Ghislain Picard, cette journée est l'occasion de célébrer la force, la résilience et la résurgence des peuples et des nations autochtones du monde entier.

C'est aussi le moment tout indiqué pour réfléchir aux efforts qui s'imposent au Canada afin de donner vie aux droits, aux traités et aux titres des Premières Nations, estime-t-il.

M. Picard entend continuer de faire pression pour obtenir la pleine reconnaissance des droits des autochtones au Canada, et de défendre ces droits à l'occasion d'importants forums internationaux comme la Conférence mondiale sur les peuples autochtones des Nations Unies qui aura lieu au mois de septembre.