NOUVELLES

Irak : les frappes aériennes se poursuivront « si nécessaire »

09/08/2014 08:45 EDT | Actualisé 09/10/2014 05:12 EDT
AP

Au lendemain des premières frappes américaines contre les djihadistes de l'État islamique en Irak, le président Barack Obama s'est prononcé, samedi, pour la poursuite des frappes aériennes « si nécessaire » afin de protéger les conseillers militaires et diplomates américains.

Dans une entrevue accordée au quotidien New York Times, Barack Obama a déclaré ne pas exclure un usage élargi des frappes militaires en Irak pour aider à combattre les djihadistes de l'État islamique (EI), mais il demande d'abord aux dirigeants politiques irakiens de trouver une manière de travailler ensemble.

Le président américain laisse entendre que les États-Unis pourraient aller plus loin pour aider l'Irak à repousser le groupe djihadiste, qui a déclaré un califat sur les parties de l'Irak et de la Syrie dont il a pris le contrôle.

« Mais nous ne pourrons le faire que si nous savons que nous avons des partenaires sur le terrain capables de remplir le vide », ajoute le chef de la Maison-Blanche, dont des extraits de l'interview ont été publiés sur son site web vendredi soir.

Le président des États-Unis estime que les autorités de la région semi-autonome du Kurdistan irakien sont « fonctionnelles et tolérantes avec les autres sectes et religions ».

Les États-Unis veulent apporter leur aide, « mais plus largement, ce que j'ai indiqué est que nous ne voulons pas faire office d'armée de l'air irakienne », rappelle le président.

Il dit regretter que son gouvernement n'en ait pas fait plus pour aider à la reconstruction de la Libye après les frappes aériennes de 2011 menées sous l'égide de l'OTAN dans le but de renverser le régime de Mouammar Kadhafi. Aujourd'hui, le dirigeant libyen est mort, mais la Libye est en proie au chaos avec un certain nombre de milices qui se battent pour le contrôle du pouvoir.

Nouvelles frappes aériennes pendant la nuit

Les Américains ont à nouveau largué, dans la nuit, des vivres et de l'eau aux populations menacées par les djihadistes dans le nord du pays.

L'aviation américaine a procédé vendredi à ses premières frappes dans le nord de l'Irak contre les combattants de l'État islamique qui menacent Erbil, la capitale du Kurdistan irakien autonome.

Par ailleurs, comme la nuit précédente, de l'eau et des rations alimentaires ont été larguées dans les montagnes arides de Sinjar, où des dizaines de milliers de yazidis fuient la progression des combattants sunnites de l'État islamique.

Ces réfugiés risquent de mourir si l'aide ne leur arrive pas très rapidement, craint une députée membre de la communauté kurdophone des Yazidis, Vian Dakhil. Il ne reste qu'un jour ou deux pour leur venir en aide, selon elle.

« À ce jour, en coordination avec le gouvernement irakien,l'aviation américaine a fourni 36 224 rations alimentaires et 6822 gallons d'eau potable (25 000 litres environ) », a précisé le Pentagone.


Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.

data-href="https://www.facebook.com/HuffPostQuebec" data-send="truedata-width="570"data-show-faces="false"data-font="arial">



Comment connecter son compte HuffPost à Facebook pour pouvoir commenter?

INOLTRE SU HUFFPOST

Irak/États-Unis en dix dates