NOUVELLES

Wall Street, sereine face aux risques géopolitiques, avance nettement

08/08/2014 04:33 EDT | Actualisé 08/10/2014 05:12 EDT

La Bourse de New York a terminé en nette hausse vendredi, choisissant à l'orée du week-end de garder son calme face aux frappes aériennes menées vendredi par les Etats-Unis en Irak et à la crise ukrainienne: le Dow Jones a gagné 1,13% et le Nasdaq 0,83%.

Selon des résultats définitifs à la clôture, le Dow Jones s'est apprécié de 185,66 points à 16.553,93 points et le Nasdaq de 35,93 points à 4.370,90 points.

L'indice élargi S&P 500 s'est adjugé 1,15%, ou 22,02 points, à 1.931,59 points.

"Wall Street sait comment réagir face à une donnée économique ou à une information concernant une entreprise. Mais quand il s'agit de géopolitique, les courtiers sont moins à l'aise. Or il y a tellement de troubles en ce moment dans le monde que l'analyse (de leurs conséquences sur le marché) est difficile", a souligné Mace Blicksilver de Marblehead Asset Management.

Il semblerait toutefois que vendredi les investisseurs aient éprouvé du "soulagement à l'idée que (Barack) Obama se décide à passer à l'action en Irak" et "face aux rumeurs selon lesquelles Poutine souhaiterait apaiser les tensions avec l'Ukraine", a ajouté le gestionnaire de portefeuille.

Cela a en tout cas été suffisant pour permettre aux indices, qui viennent d'enregistrer deux semaines particulièrement éprouvantes, de rebondir avant le week-end.

La place financière new-yorkaise est de fait parvenue dès l'ouverture à surmonter la tension qui avait ébranlé les marchés asiatiques et européens après le feu vert donné jeudi soir par le président des Etats-Unis à des frappes aériennes ciblées contre les jihadistes de l'Etat islamique (EI) en Irak.

Mais Barack "Obama a aussi rassuré les Américains en affirmant que les troupes ne remettraient pas le pied sur le territoire irakien", ont noté les analystes de Wells Fargo.

Les investisseurs continuaient par ailleurs à surveiller de près la crise ukrainienne. Des combats à l'arme lourde faisaient rage vendredi à Donetsk, le principal fief des séparatistes pro-russes, sur fond d'une guerre d'embargos entre la Russie et les Occidentaux et de craintes d'une intervention russe en Ukraine.

Les courtiers semblent toutefois avoir été un peu rassurés par l'évocation par des médias "de possibles négociations entre la Russie et l'Ukraine", a souligné Michael James de Wedbush Securities.

Pour le spécialiste, la bonne tenue du marché vendredi représente en tout cas "une nouvelle illustration de la capacité du marché à ne pas prendre en compte les mauvaises nouvelles".

Le marché obligataire a progressé. Le rendement des bons du Trésor à 10 ans a reculé à 2,415% contre 2,424% jeudi soir, et celui des bons à 30 ans, à 3,226% contre 3,234% la veille.

jum/soe/elm

PLUS:hp