NOUVELLES

Tunis fait appel aux réservistes de l'armée pour sécuriser les élections

08/08/2014 10:56 EDT | Actualisé 08/10/2014 05:12 EDT

Le gouvernement tunisien a annoncé vendredi un recours aux réservistes de l'armée pour assurer la sécurité lors des élections prévues fin 2014 et la fermeture des sites internet soupçonnés de lien avec le "terrorisme".

"Le Premier ministre (Mehdi Jomaa) autorise le recours à tous les outils financiers nécessaires pour appeler les réservistes de l'armée à contribuer à la sécurisation du déroulement des prochaines élections" législatives et présidentielle prévues en octobre et novembre, a expliqué le bureau de M. Jomaa dans un communiqué.

Interrogé par l'AFP, le gouvernement n'était pas en mesure de dire combien d'hommes seraient déployés ni les fonctions qu'assurerait l'armée durant ces élections.

M. Jomaa a également autorisé "l'adoption des mesures pour fermer et poursuivre des sites électroniques liés au terrorisme ainsi que les personnes en faisant usage".

"Ces mesures vont être appliquées notamment aux sites et les pages +takfiria+ (traitant les gens de mécréants) qui incitent à tuer les agents de sécurité et de l'armée et qui les qualifient de tyrans", a expliqué à une source gouvernementale à l'AFP.

Le gouvernement tunisien n'a pas précisé qui déciderait des blocages, alors que des voix, en particulier au sein du gendarme de l'audiovisuel (HAICA), se sont élevées ces dernières semaines contre la tentation d'un retour à la censure au nom de la lutte contre le terrorisme.

Ces décisions ont été annoncées à l'issue d'une réunion de la cellule de crise antiterroriste créée le 17 juillet, au lendemain d'une attaque attribuée à "des groupes terroristes" et ayant tué 15 militaires à Mont Chaambi, près de la frontière algérienne.

La Tunisie est confrontée depuis la révolution qui a renversé le président Zine El Abidine Ben Ali en janvier 2011 à un essor de la mouvance jihadiste. Une cinquantaine de militaires, policiers et gendarmes ont été tués dans des attaques impliquant des groupes armés.

Le ministère de l'Intérieur a annoncé jeudi le démantèlement de cinq groupes "terroristes" et l'arrestation de 21 membres planifiant des attentats.

kl/alf/fcc

PLUS:hp