NOUVELLES

Coupe Rogers 2014: Serena Williams en vient à bout de Lucie Safarova

08/08/2014 06:11 EDT | Actualisé 08/08/2014 06:11 EDT
PC

Serena Williams a rencontré plus d'opposition que la veille à son deuxième duel à la Coupe Rogers de Montréal, jeudi.

Un texte de Manon Gilbert

Mais au bout du compte, le résultat a été le même. L'Américaine a remporté son match de huitièmes de finale en venant difficilement à bout de Lucie Safarova, 15e tête de série, 7-5 et 6-4.

Du coup, Williams a conservé sa fiche parfaite de sept victoires contre la Tchèque qu'elle avait déjà défaite à deux occasions à la Coupe Rogers, en quarts de finale en 2009 et 2011.

Contrairement à Samantha Stosur mercredi soir, Safarova ne s'est guère laissé impressionner par la force de frappe de la numéro un mondiale. Elle ne lui a jamais permis aucun relâchement, l'obligeant sans cesse à pousser la machine.

« C'était une bataille physique et mentale. Ce n'était pas simple aujourd'hui », a déclaré la femme aux 61 titres à la WTA.

Même si elle estime avoir commis passablement d'erreurs, la vétérane de 32 ans attribue sa victoire à son service : un total de 11 ans et 76 % de points sur sa première balle.

« Je pense que j'ai très bien servi. Je devais absolument bien servir parce qu'elle me servait des balles que j'avais beaucoup de difficulté à retourner. En général, j'ai également très bien joué ».

Encore la faute de Safarova

Championne du tournoi de Stanford, dimanche, Williams avait savouré son premier bris dès le deuxième jeu. La rencontre s'annonçait alors à sens unique, mais Safarova a remis les pendules à l'heure dès le jeu suivant, avant de ne craquer seulement qu'en fin de manche.

Pas pour rien que Williams a poussé un puissant cri de soulagement quand la balle de la Tchèque a abouti dans le filet au 12e jeu. Après tous ses assauts, la favorite du tournoi avait enfin converti une deuxième balle de bris à sa quatrième tentative pour s'envoler avec la manche initiale.

La seconde manche a donné lieu à du jeu encore plus serré, les deux joueuses raccourcissant les échanges au maximum avec de as ou des coups gagnants. Parfaites au service, elles ne se sont fait aucun cadeau, jusqu'au dixième jeu.

Safarova a alors ouvert la porte à la trois fois championne de la Coupe Rogers en lui octroyant non pas une, mais deux balles de bris, les deux premières de la manche. Williams n'allait pas rater sa chance. Sauf que c'est encore la Tchèque qui a péché, avec un coup droit trop long.

Imiter Wozniacki... jamais

Williams a ainsi atteint les quarts de finale de la Coupe Rogers pour une sixième fois où elle retrouvera sa bonne amie Caroline Wozniacki (no 11).

La Danoise, gagnante à Montréal en 2010, connaît un excellent tournoi jusqu'à présent. Jeudi, elle n'a fait qu'une bouchée de l'Américaine Shelby Rogers, tombeuse d'Eugenie Bouchard.

Wozniacki a décroché une autre victoire facile en l'emportant 6-1 et 6-0, ce qui fait qu'elle n'a perdu que six jeux depuis le début de la Coupe Rogers.

Williams s'attend d'ailleurs à un redoutable combat.

« Elle joue très bien. Elle joue du très bon tennis de ce temps-ci, a-t-elle dit au sujet de la gagnante du tournoi d'Istanbul en juillet. Elle est très concentrée. Ce sera un bon test pour voir où je me situe. »

Questionnée à savoir si elle avait l'intention d'imiter Wozniacki et de courir le marathon de New York, Williams s'est esclaffée.

« Je pourrais courir les cinq premiers kilomètres avec elle, mais après cela, je suis cuite. Mon corps n'est pas fait pour un marathon. Je suis une sprinteuse. »

Ses marathons, c'est sur le terrain qu'elle les gagne.

INOLTRE SU HUFFPOST

Coupe Rogers 2014