NOUVELLES

Les politiques sur la saisie d'ivoire seront revues après un cas aux États-Unis

08/08/2014 01:07 EDT | Actualisé 08/10/2014 05:12 EDT

CONCORD, États-Unis - Le U.S. Fish and Wildlife Service révisera ses règles sur les importations d'ivoire après que deux adolescents du New Hampshire eurent vu leurs cornemuses saisies à la frontière canadienne, a annoncé un responsable vendredi.

Ce porte-parole, Neil Mendelsohn, a précisé que des agents des services frontaliers du point de passage d'Highgate Springs, au Vermont, suivaient les lois en vigueur pour empêcher l'importation et l'exportation d'ivoire récolté illégalement lorsqu'ils ont saisi les cornemuses appartenant à Campbell Webster et Eryk Bean, deux adolescents de 17 ans qui participent à des compétitions de niveau international. L'ivoire récolté depuis 1976 est interdit aux États-Unis.

Selon M. Mendelsohn, l'agence examine la situation et scrute la politique et les règles en vigueur, en raison du fait que les musiciens se trouvent dans une situation particulière. Si le porte-parole affirme que les responsables tentent de se montrer raisonnables, il est essentiel de respecter les règles, et «n'importe quel instrument, de nos jours, pourrait être fait d'ivoire récolté récemment».

Le problème est survenu dimanche lorsque Campbell et Eryk revenaient en voiture du Canada après une compétition servant d'échauffement pour les championnats mondiaux prévus la fin de semaine prochaine à Glasgow, en Écosse. Les cornemuses datent de 1936.

Puisque Highgate Springs est un point de passage «non désigné», les deux jeunes hommes avaient besoin de permis supplémentaires et devaient débourser des frais d'inspection totalisant 576 $ US pour transporter les instruments, avec leurs parties en ivoire. N'ayant pas les documents nécessaires, les cornemuses ont été confisquées pendant une journée. Campbell et Eryk ont finalement pu récupérer leurs instruments, et se trouvent à Glasgow, où leurs mésaventures ont fait grand bruit.

Selon la mère de Campbell, Lezlie, «il est temps qu'ils changent les règles. Nous ne sommes pas des exportateurs, nous ne sommes pas des importateurs. Nous transportons seulement les instruments sur nous et nous jouons de la musique».

Comme le mentionne M. Mendelsohn, les frais supplémentaires pour les points de passage non désignés sont conçus pour rembourser les frais d'inspection aux douanes. Il maintient que les musiciens connaissaient les règles à l'avance, bien que Mme Webster conteste ce fait.

Il n'existe pas de point de passage frontalier «désigné» entre le Canada et les États-Unis dans l'est du continent: l'endroit désigné le plus près est l'aéroport Logan, à Boston, ce qui signifie que pour éviter les frais supplémentaires et la paperasse, les deux adolescents auraient dû prendre l'avion vers le Canada.

PLUS:pc