NOUVELLES

Irak: Cameron "salue" les frappes américaines mais pas d'intervention militaire britannique

08/08/2014 03:30 EDT | Actualisé 07/10/2014 05:12 EDT

Le Premier ministre britannique britannique, David Cameron, a "salué" vendredi la décision de Barack Obama d'autoriser des frappes aériennes ciblées en Irak mais Downing Street a précisé qu'aucune "intervention militaire" britannique "n'était prévue".

"Je salue la décision du président Obama d'accepter la demande d'aide du gouvernement irakien et de mener des frappes aériennes ciblées américaines, si nécessaire, pour aider les forces irakiennes dans leur combat contre les terroristes de L'EIIL (Etat islamique en Irak et au Levant) pour libérer les civils piégés sur le Mont Sinjar", a indiqué dans un communiqué le Premier ministre, actuellement en vacances au Portugal.

"Nous ne prévoyons pas une intervention militaire", a déclaré une porte-parole de Downing Street.

"Je suis tout à fait d'accord avec le président (Obama) sur le fait que nous devons défendre les valeurs auxquelles nous croyons, le droit à la liberté et à la dignité, quels que soient nos croyances religieuses", a ajouté David Cameron.

Il s'est dit "extrêmement préoccupé par la situation épouvantable en Irak et la situation désespérée de centaines de milliers d'Irakiens" et "particulièrement préoccupé" par la minorité Yazidi, appelant "le monde à les aider".

"La nuit dernière, le Royaume-Uni a présidé une réunion du Conseil de sécurité des Nations unies pour s'assurer qu'il y ait une réponse internationale forte à cette crise", a-t-il précisé. Il a ajouté qu'une réunion de crise du gouvernement britannique aurait lieu vendredi matin, présidé par le ministre de la Défense, Michael Fallon.

"J'ai chargé des responsables d'établir de toute urgence ce que nous pouvons faire de plus pour apporter de l'aide à ceux qui ont été le plus touchés, y compris ceux qui ont un grand besoin de nourriture, d'eau et d'abris dans la région du Sinjar", a-t-il dit.

"Je condamne totalement les attaques barbares menés par les terroristes de l'EIIL dans la région", a martelé le Premier ministre britannique.

Le président Barack Obama a annoncé jeudi qu'il avait autorisé des frappes aériennes ciblées dans le nord de l'Irak pour protéger le personnel américain et éviter un éventuel "génocide" perpétré par les jihadistes de l'Etat islamique.

Dans le nord de l'Irak, des dizaines de milliers de chrétiens et de Yazidis ont été poussés à fuir face à l'avancée des extrémistes sunnites. Les Yazidis, une communauté kurdophone pré-islamique considérée par les jihadistes comme "adoratrice du diable", se sont retrouvés piégés, sans eau ni nourriture, dans les montagnes désertiques environnantes.

mc/jmi/jh

PLUS:hp