NOUVELLES

Soudan: la situation au Darfour demeure délicate, prévient un responsable

07/08/2014 06:31 EDT | Actualisé 07/10/2014 05:12 EDT

NATIONS UNIES, États-Unis - L'envoyé international pour le Darfour a fait savoir, jeudi, que les violences tribales étaient en hausse et que la situation humanitaire demeurait précaire dans cette région de l'ouest du Soudan.

Le représentant Mohamed Ibn Chambas, qui travaille à la fois pour l'Union africaine et les Nations unies, a déclaré au Conseil de sécurité de l'ONU que le nombre de personnes ayant fui leur demeure en raison des conflits était passé de 250 000 à 385 000 cette année.

Déjà, plus de deux millions de personnes, soit plus du quart de la population de la région — environ 7,5 millions de personnes — ont été déplacées et vivent dans des camps de fortune.

Selon M. Chambas, le dialogue national proposé par des représentants du président soudanais Omar el-Béchir représente une occasion de régler la crise.

Quant à l'ambassadeur du Soudan, Rahamtalla Elnor, il affirme que la situation humanitaire s'est améliorée au Darfour en raison des démarches entreprises par le gouvernement, et que celui-ci a ouvert des discussions avec les groupes armés pour accroître la stabilité.

Le Darfour est plongé dans la violence depuis 2003, lorsque des rebelles ont pris les armes contre le gouvernement de Khartoum, l'accusant de discrimination et de négligence.

Le Conseil de sécurité a transmis le dossier du conflit au Darfour à la Cour pénale internationale (CPI) en 2005, mais n'a pas été en mesure de faire suffisamment pression sur le gouvernement soudanais pour obtenir l'arrestation du président El-Béchir et d'autres personnes accusées de crimes de guerre. Le Soudan refuse de reconnaître la CPI et de livrer El-Béchir afin qu'il réponde à des accusations de crimes contre l'humanité, crimes de guerre et génocide.

PLUS:pc