NOUVELLES

RDC: les enlèvements de personnes riches au Nord-Kivu devenus "récurrents" ONU)

07/08/2014 12:30 EDT | Actualisé 07/10/2014 05:12 EDT

Les enlèvements de personnes issues des familles fortunées sont devenus "récurrents" dans la ville de Butembo, dans l'Est de la République démocratique du Congo, a constaté la Mission de l'ONU (Monusco).

"Ce phénomène, apparu depuis le début de cette année, vise principalement les membres des familles fortunées" et est devenu une "préoccupation majeure (...) dans cette partie du pays, où vingt cas ont déjà été enregistrés", indique la Monusco dans un point sécuritaire daté de mercredi.

Ce document précise que les ravisseurs sont des hommes armés qui "exigent souvent une importante somme d'argent avant de libérer leurs victimes" et que, récemment, une famille s'est vu demander une "rançon de 80.000 dollars américains".

En général, le montant des rançons jusqu'alors demandées se situait "entre 3.000 et 80.000 dollars", selon des sources religieuses, médicales et associatives interrogées jeudi par l'AFP.

"Tous les jours, il y a des cas de kidnappings. Lundi, un enfant de quatre ans été kidnappé non loin de chez nous", a indiqué à l'AFP un médecin.

Il a ajouté qu'un de ses collègues avait été kidnappé puis libéré moyennant 3.000 dollars, mais qu'un autre avait été enlevé "il y a deux ans et n'est jamais revenu".

"Ici, nous vivons chaque jour dans la peur de se voir kidnappé, impossible de rester un peu plus tard que 17H00 (15H00 GMT) en dehors de la maison", a-t-il souligné.

Sous le couvert de l'anonymat, un responsable de la société civile (associations, organisations, syndicats...) a expliqué à l'AFP que les ravisseurs étaient des "militaires", des "policiers" et des "civils".

"C'est juste un fond de commerce, une façon pour eux de rançonner les hommes riches", a affirmé cette source.

Des arrestations ont déjà eu lieu. Cependant, "au mois de mai, un groupe d'hommes, des militaires et des civils, ont été arrêtés mais ils ont été subitement relâchés, on ne sait par quelle magie", a dénoncé, outré, le responsable de la société civile.

La ville de Butembo se trouve dans le nord de la province du Nord-Kivu, dans le territoire de Beni-Lubero.

Les autorités et la société civile du territoire estiment qu'environ 600 personnes, notamment trois prêtres assomptionnistes, restent aux mains de leurs ravisseurs, parmi lesquels figurent des rebelles locaux et étrangers.

mbb-hab/sd

PLUS:hp