NOUVELLES

Ebola: Londres annonce 3,8 millions d'euros d'aide pour la Sierra Leone et le Liberia

07/08/2014 12:34 EDT | Actualisé 07/10/2014 05:12 EDT

Le Royaume-Uni a annoncé jeudi une aide de 3 millions de livres (3,8 millions d'euros) pour aider la Sierra Leone et le Liberia à lutter contre l'épidémie de fièvre hémorragique Ebola, qui a fait plus de 930 morts en Afrique de l'Ouest.

Cette aide servira à "renforcer les systèmes de santé de Sierra Leone et du Liberia et à contenir la propagation du virus en Afrique de l'Ouest", a déclaré la ministre britannique chargée du Développement international, Justine Greening.

"Nous allons continuer de travailler avec des partenaires comme l'OMS, la Croix Rouge et l'Unicef pour limiter la propagation et l'impact de cette affreuse maladie", a-t-elle ajouté.

Londres compte verser 1,25 million de livres aux gouvernements sierra-léonais et libérien pour les aider à "renforcer leurs systèmes de santé nationaux", a détaillé Mme Greening.

Un autre million de livres ira à un groupe d'ONG, parmi lesquelles le Comité international de secours (IRC) et Save The Children, afin d'étendre la surveillance et le dépistage de nouveaux cas de virus Ebola en Sierra Leone.

En outre, 500.000 livres vont financer des messages radios dans huit langues locales, "pour soutenir les familles et les communautés touchées par le virus", permettant aux populations de mieux comprendre le virus et la manière de s'en protéger.

Enfin, 250.000 livres iront à l'ONG Médecins sans Frontières pour financer les soins spécifiques aux malades d'Ebola.

Cette nouvelle aide s'ajoute à une première contribution de 2 millions de livres (2,5 M d'euros), annoncée le 25 juillet, a rappelé la ministre.

Le premier malade porteur du virus Ebola à être rapatrié en Europe est arrivé jeudi en Espagne pour y être soigné, alors que l'épidémie gagne en vigueur en Afrique de l'Ouest, où le Liberia a décrété l'état d'urgence alors que les médecins hospitaliers du Nigeria ont suspendu une longue grève.

L'épidémie d'Ebola, la plus grave depuis la découverte de cette fièvre hémorragique en 1976, a fait plus de 930 morts, principalement en Guinée, au Liberia et en Sierra Leone, ainsi qu'au Nigeria.

mc/pn/gbh

PLUS:hp