NOUVELLES

Bahreïn: neuf chiites déchus de leur nationalité pour "actes terroristes"

07/08/2014 08:10 EDT | Actualisé 07/10/2014 05:12 EDT

Un tribunal bahreïni a déchu de leur nationalité neuf chiites, reconnus coupables d'"actes terroristes", dans le premier jugement du genre depuis l'introduction en 2013 d'une législation prévoyant cette sanction, a indiqué jeudi une source judiciaire.

Le verdict a été prononcé mercredi et c'est la première que la justice applique cette loi votée l'an passé par le Parlement, boycotté par les élus de l'opposition chiite.

Au total, 15 chiites étaient jugés pour différents délits dont "complot terroriste", "intelligence avec un pays étranger", l'Iran en l'occurrence, "possession d'armes" et "tentative de meurtre d'un policier".

L'un a été acquitté, faute de preuves, et 14 autres ont été condamnés à des peines allant de 5 à 15 ans de prison.

Parmi ces derniers, neuf ont été déchus de leur nationalité, leurs délits ayant été qualifiés par le tribunal d'"actes terroristes", selon la source judiciaire.

Les autorités de Bahreïn ont retiré dans le passé la nationalité à des chiites mais sans décision de justice et pour "atteinte à la sûreté de l'Etat".

Cela avait été notamment le cas pour 31 chiites en 2012, en pleines manifestations contre le pouvoir.

Petit royaume dirigé par la dynastie sunnite des Al-Khalifa, Bahreïn --qui abrite le siège de la Ve Flotte américaine -- est secoué depuis février 2011 par un mouvement de contestation animé par la majorité chiite, qui réclame une monarchie constitutionnelle.

bur/mh/cco

PLUS:hp