NOUVELLES

Yémen: dix soldats tués dans deux embuscades et un accrochage avec Al-Qaïda

06/08/2014 12:15 EDT | Actualisé 06/10/2014 05:12 EDT

Dix soldats ont été tués mercredi dans deux embuscades et une attaque attribuées à Al-Qaïda dans trois provinces du Yémen, 18 membres du réseau extrémistes ayant également péri, selon des sources des services de sécurité et le ministère de la Défense.

Dans la province de Chabwa (sud), "des hommes armés appartenant probablement à Al-Qaïda ont ouvert le feu sur un véhicule de l'armée à Habbane (...), tuant cinq soldats et en blessant un autre", a déclaré un responsable des services de sécurité, précisant que les assaillants avaient réussi à prendre la fuite.

Dans la province de Baïda (centre), trois membres des Forces spéciales du ministère de l'Intérieur ont été tués et six autres blessés dans une embuscade attribuée à Al-Qaïda à Rada, selon un autre responsable des services de sécurité.

Quatre soldats avaient déjà péri lundi dans une attaque similaire dans la province du Hadramout (sud-est) et quatre policiers avaient trouvé la mort samedi dans une attaque contre un poste de contrôle à Chabwa.

Ces deux attaques avaient été attribuées par les services de sécurité à Al-Qaïda dans la péninsule arabique (Aqpa), contre laquelle l'armée a lancé plusieurs offensives d'envergure ces dernières années.

Dans les environs de Seyoun, ville de la province du Hadramout, deux soldats été tués et deux autres ont été blessés dans un accrochage avec des combattants d'Al-Qaïda, selon une source militaire.

"Des hommes d'Al-Qaïda ont tenté d'empêcher la progression d'une colonne de l'armée", ce qui a déclenché l'accrochage, a précisé cette source.

Le ministère de la Défense a affirmé dans un SMS envoyé aux journalistes que "18 membres d'Al-Qaïda" avaient été tués dans l'accrochage, ajoutant qu'un Saoudien figurent parmi les membres du réseau qui ont été capturés, sans en préciser le nombre.

Aqpa a profité de l'affaiblissement du pouvoir central au Yémen en 2011, à la faveur de l'insurrection populaire contre l'ancien président Ali Abdallah Saleh, pour renforcer sa présence dans le pays, notamment dans le sud et le sud-est.

faw/mh/emb/vl

PLUS:hp