NOUVELLES

WSP mise sur Turcot et Champlain pour relancer ses activités canadiennes

06/08/2014 09:44 EDT | Actualisé 06/10/2014 05:12 EDT

MONTRÉAL - WSP Global mise sur les projets de remplacement du pont Champlain et de reconstruction de l'échangeur Turcot pour redonner de la vigueur à ses activités canadiennes, au ralenti depuis certains temps dans l'est du Canada.

La firme d'ingénierie montréalaise autrefois connue sous le nom de Genivar fait partie de consortiums — Alliance Saint-Laurent et KPH Turcot — ayant été invités à soumissionner pour ces importants chantiers.

«Il faut de gros projets et ceux-là nous procureraient un bon élan pour 2015 si nous sommes en mesure d'en remporter un», a souligné son président et chef de la direction, Pierre Shoiry, mercredi, au cours d'une conférence téléphonique afin de discuter des résultats du deuxième trimestre.

Le choix du consortium qui sera chargé de la reconstruction de l'échangeur Turcot a récemment été repoussé à l'automne, alors que le nom de celui retenu pour le projet du futur pont Champlain devrait être annoncé en avril.

«Nous sommes chanceux de se retrouver sur la courte liste de ceux qui peuvent soumissionner, a affirmé le patron de WSP Global. Nous avons de solides partenaires et nous croyons que nos chances sont bonnes.»

En ne tenant pas compte de l'acquisition de la société albertaine Focus Group Holdings, les revenus des activités canadiennes de WSP Global (TSX:WSP) ont fléchi de 11 pour cent au deuxième trimestre.

Malgré tout, M. Shoiry a dit aux analystes qu'il était confiant en ce qui a trait au Québec et à l'Ontario, notamment puisque les gouvernements à la tête des deux provinces sont majoritaires.

«Nous nous sommes ajustés à des ralentissements de l'économie ainsi que dans le secteur minier, a-t-il dit. Nous avons ajusté nos effectifs et la reprise semble pointer à l'horizon.»

En ce qui a trait à ses résultats du deuxième trimestre, WSP Global a vu ses profits bondir de 41 pour cent à 24,3 millions $, ou 40 cents par action. En excluant les frais non liés aux activités opérationnelles, le résultat net a été de 26,6 millions $, ou 43 cents par action.

Le chiffre d'affaires net a quant à lui grimpé d'un peu plus de 20 pour cent pour s'établir à 513,1 millions $, par rapport à 426,7 millions $ lors de la période correspondante de l'année dernière.

Cette performance a toutefois été inférieure aux attentes des analystes sondés par Thomson Reuters, qui misaient sur un bénéfice net par action de 41 cents ainsi que sur des revenus de 519,1 millions $.

Les revenus de la firme d'ingénierie ont progressé aux États-Unis (32,4 pour cent), au Royaume-Uni (32,3 pour cent) ainsi qu'ailleurs dans le monde (23,4 pour cent). Un recul de 0,2 pour cent a été enregistré dans le nord de l'Europe.

De son côté, le carnet de commandes s'est établi à 1,83 milliard $, en hausse de 109 millions $, ou 6,3 pour cent, comparativement au premier trimestre de l'exercice 2014.

«Nous sommes satisfaits de nos résultats et nous sommes en bonne position pour poursuivre notre plan et envisager d'autres acquisitions», a observé M. Shoiry.

WSP Global estime que la consolidation de l'industrie pourrait lui permettre de devenir l'une des trois plus grandes firmes de génie-conseil d'ici 2020 et de plus que doubler la taille de ses effectifs pour les faire passer à 45 000 employés.

L'acquisition en 2012 de la firme britannique WSP, au montant de 438 millions $ US, avait permis à la société montréalaise d'accroître considérablement sa taille. Elle compte maintenant quelque 17 500 employés répartis dans plus de 300 bureaux situés dans 30 pays, sur cinq continents.

M. Shoiry a cependant refusé de commenter les rumeurs qui suggèrent que WSP Global tente actuellement de mettre la main sur la firme américaine Parsons Brinckerhoff, ce qui lui permettrait de doubler sa taille.

«Nous savons ce qui s'est dit et nous n'allons pas répondre aux questions sur le sujet», a affirmé le patron de WSP.

À la Bourse de Toronto, le titre de WSP Global a clôturé mercredi à 35,52 $ à la Bourse de Toronto, en recul de 17 cents.

PLUS:pc