NOUVELLES

Serena Williams malmène Samantha Stosur 6-0, 6-2 à la Coupe Rogers

06/08/2014 07:50 EDT | Actualisé 06/10/2014 05:12 EDT

MONTRÉAL - À son premier match sur le court central du stade Uniprix en 14 ans, la numéro un mondiale Serena Williams n'a pas traîné. L'Américaine, favorite du tournoi montréalais, a donné une leçon de tennis à l'Australienne Samantha Stosur, qu'elle a lessivée 6-0, 6-2.

Williams n'a mis que 18 minutes pour mettre la main sur la première manche au cours de laquelle Stosur, 21e raquette mondiale, n'a gagné que sept points sur les 31 disputés. Elle a été si expéditive que l'interruption causée par la pluie — alors que la marque était à 1-1 au début du deuxième set — a été plus longue que la manche initiale: les joueuses sont revenues sur le court après un délai de 25 minutes.

Ça ne s'est pas arrangé pour Stosur au retour de la pause. Williams a inscrit son quatrième bris de la rencontre avant de prendre une avance de 3-1. Stosur a bien montré un peu de mordant au jeu suivant, comblant un retard de 15-40 et sauvant deux balles de bris pour se rapprocher à un jeu, mais la première raquette mondiale a enchaîné les trois jeux suivants en un rien de temps, mettant fin au match avec son 10e as de sa courte soirée de travail.

Williams s'est assurée de mettre le public montréalais dans sa poche après la rencontre, répondant en français aux questions d'après-match sur le court.

«C'était important pour moi de très bien jouer ce soir. Ma concentration était au maximum. C'était important après avoir été si longtemps sans jouer ici», a-t-elle dit sous les acclamations de la foule.

«Quand j'ai su qui j'allais affronter, j'ai pensé que ce serait un match très difficile, a-t-elle ajouté — toujours en français — en conférence de presse. Samantha a gagné un Grand Chelem, elle m'a déjà battue, ce n'était pas simple pour moi.»

Celle qui vient de gagner le tournoi de Stanford et qui s'est présentée à Montréal à titre de championne en titre estime que cette performance est un indicateur de la qualité de son jeu actuellement.

«Ça veut dire que les choses sur lesquelles j'ai travaillé très fort sont en train de se mettre en place.»

Elle pourra valider tout cela au troisième tour, alors qu'elle sera confrontée à la Tchèque Lucie Safarova.

«C'est une joueuse intéressante, qui est bien difficile à cerner, a-t-elle expliqué. Je ne sais pas comment j'ai pu me bâtir une fiche de 6-0 contre elle, car elle joue très bien et nous avons joué des matchs très difficiles l'une contre l'autre. Ce ne sera pas un match facile pour moi, mais j'ai bien hâte à ce duel. Je devrai être prête.»

Encore des interruptions

Décidément, les organisateurs de la Coupe Rogers ont la guigne en ce début de tournoi. Après les éliminations des Canadiennes en lice dès leur premier match et la panne d'électricité de la veille, le central a de nouveau été victime d'une panne de courant pendant le premier match de la soirée, cette fois causée par le bris d'une génératrice. La panne a également causé une perte de réseau.

Heureusement, le courant est revenu beaucoup plus rapidement que mardi, si bien qu'au retour de Stosur et Williams sur le central après le délai de pluie, le court était éclairé et les deux tableaux d'affichage fonctionnaient.

Les organisateurs n'étaient toutefois pas au bout de leurs peines: le deuxième match de la soirée sur le central, celui opposant l'Australienne Casey Dellacqua à la deuxième tête de série, la Tchèque Petra Kvitova, a aussi été interrompu par la pluie avec la marque à 2-2 au premier set.

Tout comme Serena, Kvitova n'a pas tardé à s'imposer au retour de la pause, complétant le premier set à 6-3 avant de remporter les trois premiers jeux de la seconde manche, en route vers un gain de 6-2.

Kvitova fera maintenant face à la Russe Ekaterina Makarova.

Pendant ce temps, sur le court Banque Nationale, Venus Williams, pour la première fois à Montréal, menait 6-3 et 5-2 contre la Kazakhe issue des qualifications Yulia Putintseva. Venus a finalement gagné son match 6-3, 6-2 après une interruption de plus de 30 minutes et sera opposée à l'Allemande Angelique Kerber, classée sixième.

La soirée s'est conclue avec un véritable marathon dans lequel l'Américaine Coco Vandeweghe a eu le meilleur 6-7 (7), 7-6 (7), 6-4 face à la Serbe Ana Ivanovic. La rencontre a durée deux heures et 54 minutes et a pris fin un peu après 00 h 35.

Dubois et Abanda éliminée

Le parcours en double a été aussi bref qu'en simple pour Stéphanie Dubois et Françoise Abanda, qui avaient reçu un laissez-passer. Les Québécoises se sont inclinées 6-3, 6-4 devant les Espagnoles Garbine Muguruza et Carla Suarez Navarro au premier tour.

PLUS:pc