NOUVELLES

L'équipe néo-zélandaise U-20 s'amène à Montréal forte de l'héritage de Herdman

06/08/2014 07:05 EDT | Actualisé 06/10/2014 05:12 EDT

MONTRÉAL - Le Canada et la Nouvelle-Zélande font tous deux partie du Commonwealth britannique. Les deux pays ont toutefois une autre chose en commun: John Herdman.

Actuel entraîneur-chef de l'équipe canadienne féminine senior et architecte du programme canadien de soccer féminin dans son ensemble, Herdman a été le maître d'oeuvre du foot néo-zélandais chez les femmes pendant cinq ans, à partir de 2006. Le Britannique de 39 ans s'est amené au Canada en 2011 après avoir laissé son empreinte en Nouvelle-Zélande à titre d'entraîneur et de directeur du développement.

Il y avait donc un peu de l'esprit de Herdman dans la sélection junior de la Nouvelle-Zélande qui a vaincu le Paraguay 2-0, mercredi au Stade olympique de Montréal. Les joueuses du sélectionneur Aaron McFarland en étaient à leur premier match de la Coupe du monde U-20 de soccer féminin disputée en sol canadien.

En lever de rideau du programme double, la France, qui est favorite pour terminer au sommet du groupe D, s'est aisément imposée 5-1 contre le Costa Rica devant une foule annoncée de 4812 spectateurs.

«John a été mon patron pendant une certaine période. Il a eu beaucoup d'influence sur le développement du soccer féminin en Nouvelle-Zélande. Il faut lui donner beaucoup de crédit pour la structure qui est maintenant en place», a indiqué McFarland, dont l'équipe a dû afficher beaucoup de combativité en défensive pour contenir les attaquantes paraguayennes, en début de match, jusqu'à ce que l'offensive ouvre les vannes grâce aux buts d'Emma Rolston (40e) et Steph Skilton (43e).

«En gros, (Herdman) a pris un sport dont l'approche était amateure, et il a amené les joueuses à avoir une attitude plus professionnelle, a affirmé McFarland cette semaine. Avant son arrivée, les filles (des sélections nationales) se réunissaient quelques fois par année seulement, et elles évoluaient au sein de clubs qui s'entraînaient deux fois par semaine. Sous sa direction, les joueuses ont commencé à s'entraîner cinq, six ou même sept fois par semaine.

«Il a aussi veillé à ce que le soccer féminin reçoive le soutien des instances du sport de haute performance en Nouvelle-Zélande. Il s'attardait à ce qui se passait en dehors du terrain.»

«Le soccer féminin est devenu un sport beaucoup plus important au pays grâce à lui», a quant à elle noté Katie Bowen, capitaine de la sélection U-20 néo-zélandaise, dont le deuxième effort a permis de garder le ballon en jeu sur la séquence qui a mené au filet de Skilton.

Rolston, après avoir reçu une passe en profondeur de Martine Puketapu, a quant à elle agilement coupé à l'intérieur avant de tirer.

Les Paraguayennes ont pressé le pas en deuxième demie, mais rarement se sont-elles retrouvées derrière le mur défensif néo-zélandais.

Les Costaricaines n'ont représenté qu'une faible opposition pour les Françaises, mais les joueuses championnes du Mondial U-17 de 2012 et de l'Euro U-19 en 2013 ont quand même offert un excellent niveau de jeu sur le plan technique.

C'est ainsi, par exemple, que Claire Lavogez a inscrit son deuxième but du match d'un tir brossé qui a abouti dans la lucarne au deuxième poteau, pour un score de 4-0 à la 38e minute de jeu. La no 10 française avait auparavant marqué sur un penalty (7e minute) et tiré un corner qui a mené au but contre son camp costaricain à la 22e.

Faustine Robert, qui a initié la poussée à l'attaque qui a mené au penalty de Lavogez, a inscrit le deuxième but des siennes à la 18e. Ouleymata Sarr (53e) a réussi l'autre filet des Bleuettes.

Solène Durand a vu son jeu blanc s'envoler dans les arrêts de jeu. Elle n'a pu retenir un ballon tiré par Melissa Herrera, que la Costaricaine a elle-même récupéré et poussé au fond du filet.

Pendant ce temps, à Moncton, l'Angleterre a fait match nul 1-1 contre la Corée du Sud, soit le même résultat que le match présenté en soirée entre le Mexique et le Nigéria.

La deuxième journée de compétition dans le groupe D, samedi au Stade olympique, commencera avec un duel entre la France et la Nouvelle-Zélande. Le premier rang sera alors à l'enjeu. Ce sera suivi d'un affrontement entre le Paraguay et le Costa Rica. Les deux équipes les mieux classées du groupe accéderont aux quarts de finale.

De succès en succès

Herdman a permis à l'équipe junior néo-zélandaise de se qualifier pour les Mondiaux U-20 de 2006 et 2010, ainsi qu'à l'équipe senior d'atteindre la phase finale des Coupes du monde de 2007 et 2011, en plus du tournoi olympique de 2008 à Pékin. Il a également eu du succès au Canada, permettant à Christine Sinclair et compagnie de rafler l'or aux Jeux panaméricains de 2011 et le bronze aux Jeux olympiques de 2012 à Londres.

«On voit que le Canada a une approche très organisée, a noté McFarland. John a su exploiter les forces des Canadiennes, comme il avait su canaliser les forces de nos joueuses. Et à chaque fois, il l'a fait en s'adaptant aux particularités de chaque équipe.»

L'équipe U-20 du Canada, pilotée par le Montréalais Andrew Olivieri, disputera son dernier match de la phase de groupe contre la Corée du Nord, mardi au Stade olympique, après avoir affronté la Finlande à Toronto, vendredi.

PLUS:pc