NOUVELLES

Liban: la violence reprend dans la ville d'Arsal

06/08/2014 09:21 EDT | Actualisé 06/10/2014 05:12 EDT

BEYROUTH - Les combats entre les soldats libanais et des militants syriens ont repris mercredi dans la ville frontalière d'Arsal, après l'échec d'une trêve négociée au cours des dernières heures.

Le cessez-le-feu devait permettre de mettre fin aux violences et de négocier la libération de soldats libanais qui sont portés disparus.

Les combats ont débuté samedi, quand des militants membres de l'État islamique et du Front Nousra, qui est associé à Al-Qaïda, se sont emparés de cette ville de l'est du Liban pour réclamer la libération d'un important commandant rebelle syrien, Imad Ahmad Jomaa. Ce dernier avait été arrêté au Liban plus tôt pendant la journée.

La violence a repris en début de journée mercredi, quand les militants syriens ont ouvert le feu contre les forces libanaises. Une délégation de religieux sunnites se trouve maintenant sur place pour tenter de négocier une nouvelle trêve.

Au moins 17 soldats libanais ont jusqu'à présent été tués, tandis que 22 soldats et un nombre inconnu de policiers sont portés disparus.

L'ancien premier ministre libanais Saad Hariri a profité d'une visite à Jeddah, en Arabie saoudite, pour annoncer que le royaume accordait à son pays une aide d'un milliard de dollars pour renforcer les capacités de l'armée libanaise.

En Irak, pendant ce temps, la télévision publique rapporte qu'une frappe de l'armée de l'air à Mossoul, dans le nord du pays, a coûté la vie à 60 militants d'État islamique. Cette affirmation n'a pu être confirmée de source indépendante. La frappe aurait visé une prison utilisée comme tribunal religieux et centre de détention par État islamique.

PLUS:pc