NOUVELLES

Le Soudan du Sud au bord d'une catastrophe humanitaire, prévient l'ONU

06/08/2014 05:15 EDT | Actualisé 06/10/2014 05:12 EDT

NATIONS UNIES, États-Unis - Un haut responsable de l'ONU a déclaré au Conseil de sécurité, mercredi, que la nouvelle flambée de violence au Soudan du Sud risquait d'entraîner le pays dans une «catastrophe humanitaire».

Edmond Mulet, sous-secrétaire général des Nations unies pour les opérations de maintien de la paix, a prévenu les membres du conseil que les violences au Soudan du Sud avaient déplacé plus d'un million de personnes à l'intérieur du pays. Environ 500 000 autres personnes ont franchi la frontière pour se réfugier dans les pays voisins.

Ce déplacement massif est aggravé par les problèmes d'approvisionnement en nourriture. La menace d'une famine plane sur le pays et près de quatre millions de personnes risquent d'en souffrir, a affirmé M. Mulet. Jusqu'à 50 000 enfants risquent de mourir de malnutrition aiguë cette année seulement. L'épidémie de choléra s'aggrave dans le pays, avec 5300 cas rapportés et 115 décès, a-t-il ajouté.

Trois ans après son indépendance, le Soudan du Sud est au bord d'une catastrophe humanitaire et risque d'être paralysé par un conflit interne prolongé, a déclaré M. Mulet devant le Conseil de sécurité. Il s'agit d'une crise créée par l'homme, et ceux qui en sont responsables tardent à la résoudre, a-t-il déploré.

L'ambassadeur du Soudan du Sud, Joseph Moum Malok, a indiqué que son gouvernement était engagé envers «un règlement final du conflit par la négociation», mais qu'il avait été «forcé de réagir en autodéfense pour protéger ses citoyens».

Les pourparlers de paix entre le gouvernement et les rebelles ont repris lundi en Éthiopie après de récents affrontements à la frontière entre le Soudan et le Soudan du Sud, mais n'ont produit aucun résultat jusqu'à maintenant.

M. Mulet a indiqué que l'opération humanitaire actuellement en cours au Soudan du Sud était la plus grosse du genre menée dans un seul pays.

PLUS:pc