NOUVELLES

Gaz liquéfié: le projet américain Cameron en bonne voie, accord de financement de 7,4 milliards de dollars

06/08/2014 10:09 EDT | Actualisé 06/10/2014 05:12 EDT

Le groupe japonais Mitsui & Co a annoncé jeudi que lui et ses partenaires avaient validé leur décision finale d'investissement dans le projet américain Cameron LNG, qui prévoit la construction d'une usine de liquéfaction de gaz naturel aux Etats-Unis.

Ce projet, lancé en mai 2013, entre dans le cadre d'une coentreprise avec ses compatriotes Mitsubishi Corporation et Nippon Yusen, le français GDF Suez et la société américaine Sempra Energy.

Un accord de financement de l'activité a été trouvé "pour un montant de 7,4 milliards de dollars, avec la Banque japonaise de développement international (JBIC) et des banques commerciales", a précisé l'entreprise nippone dans un communiqué.

La JBIC a accepté d'octroyer un prêt de 2,5 milliards et les banques apporteront le reste, soit 4,9 milliards, avec une assurance fournie par le Nippon Export and Investment Insurance (NEXI, gouvernemental), selon la même source.

L'usine, construite et exploitée par Cameron LNG, filiale de Sempra Energy, sur le site de son terminal méthanier situé à Hackberry (Louisiane, sud des Etats-Unis), sera constituée de trois trains de liquéfaction d'une capacité totale de 12 millions de tonnes de gaz naturel liquéfié (GNL) par an.

Aux termes de cet accord, GDF Suez, Mitsubishi Corporation/Nippon Yusen et Mitsui vont acquérir une participation de 16,6% chacun, tandis que Sempra Energy conservera 50,2% dans le terminal existant et dans le projet de liquéfaction.

La production devrait démarrer en 2018, d'après Mitsui, pour un coût total de développement estimé à environ 10 milliards de dollars.

Mitsui indique avoir obtenu les autorisations pour le transport du gaz par pipeline vers le site, de même que pour l'exporter ensuite "vers le Japon et d'autres marchés". Le groupe est également en discussions pour une livraison par voie maritime.

GDF Suez approvisionnera également le Japon avec le GNL produit à Hackberry. Le géant énergétique français avait annoncé en mai avoir signé un contrat d'une durée de 20 ans avec Tohoku Electric Power, l'une des dix grandes compagnies régionales d'électricité japonaises. Elle couvre la région dite du Tohoku (nord-est), en partie dévastée par le séisme et le tsunami du 11 mars 2011.

A l'instar des autres, elle est totalement privée de réacteurs nucléaires à cause des précautions prises après le désastre de Fukushima et doit faire tourner à plein régime ses centrales thermiques.

anb/kap/mpd

GDF SUEZ

SEMPRA ENERGY

MITSUI & CO

PLUS:hp