NOUVELLES

France - Qui arrêtera le Paris SG ?

06/08/2014 09:39 EDT | Actualisé 06/10/2014 05:12 EDT

Le PSG et sa superstar Ibrahimovic, dominateurs depuis deux ans, seront encore les grandissimes favoris de la saison dans un Championnat de France qui débute vendredi, une hégémonie à laquelle tentera de mettre fin le Monaco de Falcao, avec comme toujours l'OM, Lille et Lyon en arbitres.

Paris n'a pas varié d'objectif: poursuivre sa mainmise sur la scène nationale tout en dépassant enfin le cap des quarts des finale en Ligue des champions sur lequel il s'est cassé les dents à deux reprises.

Laurent Blanc, dont le contrat a fini par être renouvelé jusqu'en 2016 début mai une fois le 4e sacre du club en poche, ne se fait pas d'illusions et sera jugé sur sa capacité à porter encore plus haut le projet initié en 2011 par QSI (Qatar Sports Investments) et à se rapprocher du Graal européen.

Malgré les contraintes liées au fair-play financier de l'UEFA, l'actionnaire a fait venir de Chelsea le Brésilien David Luiz. Le défenseur, recruté pour près de 50 millions d'euros, formera avec Thiago Silva la charnière centrale la plus onéreuse de l'histoire. Reste à savoir comment les deux joueurs auront digéré l'humiliation subie à domicile lors du Mondial.

David Luiz est pour l'instant le seul élément d'envergure à avoir rejoint cet été le PSG, qui s'est fait prêter l'arrière droit ivoirien de Toulouse Serge Aurier, révélation de l'exercice précédent.

Tout autre transfert (Di Maria ?) devra être compensé par des départs pour rester en règle aux yeux de l'UEFA mais le président Nasser Al-Khelaifi ne souhaite pas se séparer d'un joueur majeur.

- L'attraction Bielsa -

Quelle que soit l'issue du mercato, Paris pourra compter sur le génie d'Ibrahimovic, double meilleur buteur du Championnat et bien décidé à "zlataner" de nouveau la France avec des gestes spectaculaires dont il a le secret.

Aucune équipe en L1 ne peut donc, sur le papier, rivaliser avec le PSG. Mais Monaco, son dauphin en 2013-14 et propriété du milliardaire russe Dmitry Rybolovlev, possède de solides arguments.

Le club de la Principauté a changé d'entraîneur (Leonardo Jardim à la place de Claudio Ranieri) et récupéré Falcao, remis d'une grave blessure au genou. Si le buteur colombien, ardemment désiré par le Real Madrid, se fait une raison pour disputer une 2e saison en L1, l'ASM pourra nourrir des ambitions légitimes en dépit de la cession de James Rodriguez aux Merengues pour plus de 90 millions d'euros.

Marseille aura du mal à se mêler à la lutte pour le titre mais son nouveau technicien, Marcelo Bielsa, se profile déjà comme la grande attraction du début de championnat. L'Argentin espère amener sa discipline et sa science à un effectif jeune qui a perdu Mathieu Valbuena (Dynamo Moscou). "El Loco" aura fort à faire pour réveiller une équipe qui sort d'une année désastreuse (6e, privé de coupe d'Europe), mais il a pour le moment produit son petit effet sur les exigeants supporteurs marseillais. Jusqu'à quand ?

- Lyon ne rêve plus -

Lille prie de son côté pour que sa campagne européenne, démarrée dès fin juillet au 3e tour préliminaire de la C1, ne plombe pas les organismes et sa saison. Un podium de plus relèverait cette fois clairement de l'exploit.

Lyon, lui, ne s'autorise même plus à évoquer une place sur le podium. Hubert Fournier, le successeur de Rémi Garde, a pour mission de faire grandir les pépites du centre de formation avant la livraison du grand stade en janvier 2016, qui doit ouvrir de nouveaux horizons à un club en déficit chronique ces cinq dernières années.

Tous les gros salaires ont été poussés vers la sortie hormis Yoann Gourcuff, dont le recrutement en 2010, avec à la clé un contrat en or, prend de plus en plus des allures de catastrophe industrielle.

A quoi peuvent prétendre les autres ? Saint-Etienne (4e) veut poursuivre sa belle régularité en haut du tableau grâce à la stabilité et au maintien de l'entraîneur Christophe Galtier.

Bordeaux a donné sa chance à Willy Sagnol, à charge pour l'ancien défenseur international et ex-sélectionneur des Espoirs de tirer un trait sur 12 mois moroses.

Au rayon des entraîneurs, il faudra voir comment Lorient parviendra à tourner la page Christian Gourcuff, parti diriger l'Algérie et remplacé par son adjoint Sylvain Ripoll, et si Claude Makelele fera décoller Bastia en étrennant ses nouveaux galons.

kn/nip/chc

PLUS:hp