DIVERTISSEMENT

FFM 2014 : aucun long métrage québécois en compétition

06/08/2014 05:57 EDT | Actualisé 06/08/2014 05:57 EDT
Courtoisie

Une atmosphère de plomb régnait mardi au Cinéma Impérial à Montréal. Et pour cause, le Festival des films du monde (FFM) dévoilait sa programmation dans un contexte très difficile. Mais qu’importe la désaffection des institutions publiques ou les retraits financiers de gros commanditaires, la 38e édition aura bel et bien lieu dans 16 jours.

Première constatation, parmi les 19 longs métrages de la compétition officielle, aucun film québécois à l’horizon. Danièle Cauchard, la directrice générale sortante a expliqué que l'équipe du festival n’a pas trouvé les œuvres soumises assez réussies pour figurer dans la liste. Ah bon? Pendant que notre cinéma brille à l’international, le FFM lève le nez, portant son dévolu sur des films en provenance du… Sri Lanka, du Kirghizstan ou des Îles Féroé.

Il reste que la programmation moins fournie que les années précédentes demeure peu convaincante avec au menu beaucoup d’inconnus aux pelotons. Le président Serge Logique a tenu à rappeler que le FFM ne choisissait pas les œuvres en fonction des gros noms, mais par leur qualité. Parmi les 350 courts et longs métrages proposés, le public pourra s’il le désire en juger par lui même à partir du 21 août prochain jusqu'au 1er septembre.

En attendant, quelques titres attirent tout de même l’attention. On pense à Un homme d’État du réalisateur français Pierre Courrège. Cette incursion dans la politique de l’Hexagone vient rappeler la menace que peut constituer l’extrême droite pour la démocratie.

En compétition mondiale des premières œuvres, plusieurs productions à caractère social: La peur du VIH dans Aya Arcos de l’Allemand Maximillian Moll, l’immigration en Europe de l’Est avec le film historique L’ambassadeur à Berne du Hongrois Attila Szasz ou la paupérisation et ses conséquences tragiques pour Les baigneurs du Mexicain Max Zunino.

Infos sur la programmation : www.ffm-montreal.org

La compétition officielle:

1 - Le dernier vœu de Namik Ajazi (Albanie/Italie)

2 - La dernière danse de Houchang Allahyari (Autriche)

3 - Lucky Stiff de Christopher Ashley (États-Unis)

4 - Un Ragazzo D’Oro de Pupi Avati (Italie)

5 - Melody de Bernard Bellefroid (Belgique/France/Luxembourg)

6 - La maison d’été de Curtis Burz (Allemagne)

7 - Perro Guardian de Bacha Caravedo et Chinon Higashionna (Pérou)

8 - Un homme d’État de Pierre Courrège (France)

9 - Maintenant ou jamais de Serge Frydman (France)

10 - The Chambermaid Lynn d’Ingo Haeb (Allemagne)

11 - Lost in Karastan de Ben Hopkins (Royaume-Uni/Géorgie)

12 - Travelator de Dusan Milic (Serbie/Montenegro)

13 - Cap nostalgie de Izuru Narushima (Japon)

14 - The Light Shines Only There de Mipo O. (Japon)

15 - Una Storia Sbagliata de Gianluca Maria Tavarelli (Italie)

16 - Obediencia Perfecta de Luiz Urquiza Mondragon (Mexique)

17 - The Limits of Patience de Christian Wagner (Allemagne)

18 - Le patron de l’usine de Zhang Wei (Chine)

19 - Scammerhead de Dan Zukovic (Canada)


Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.

data-href="https://www.facebook.com/HuffPostQuebec" data-send="truedata-width="570"data-show-faces="false"data-font="arial">



Comment connecter son compte HuffPost à Facebook pour pouvoir commenter?

INOLTRE SU HUFFPOST

Les films québécois de l'été 2014