NOUVELLES

Écrasement en Ukraine: les recherches suspendues à cause des affrontements

06/08/2014 03:12 EDT | Actualisé 06/10/2014 05:12 EDT

AMSTERDAM, Pays-Bas - Le premier ministre néerlandais a annoncé, mercredi, que les recherches pour retrouver les restes des victimes du vol 17 de Malaysia Airlines qui s'est écrasé dans l'est de l'Ukraine avaient été suspendues à cause des affrontements dans le secteur, qui mettent les enquêteurs en danger.

Lors d'une conférence de presse à La Haye, Mark Rutte a salué les efforts faits jusqu'à maintenant par l'équipe internationale d'enquêteurs, en promettant aux proches des victimes que les recherches reprendraient dès que l'Ukraine serait «plus stable».

L'avion a été abattu dans le ciel de l'Ukraine le 17 juillet, tuant les 298 passagers et membres d'équipage qui se trouvaient à bord, en majorité des Néerlandais. Jusqu'à maintenant, 228 cercueils contenant des restes humains ont été rapatriés aux Pays-Bas, mais on ne sait pas combien de victimes cela représente.

M. Rutte a indiqué que les enquêteurs avaient appris, après l'inspection des lieux de l'écrasement et des discussions avec les autorités locales, que les recherches menées par les autorités locales immédiatement après l'écrasement avaient été plus rigoureuses que ce que l'on croyait au départ.

L'équipe d'enquêteurs néerlandais, australiens et malaisiens a été incapable de se rendre sur place avant le 31 juillet à cause des combats dans le secteur entre les forces ukrainiennes et les rebelles séparatistes prorusses. Depuis, les enquêteurs ont seulement trouvé les restes de quelques victimes, alors qu'ils en cherchent environ 80.

M. Rutte a indiqué que les recherches menées tout de suite après l'écrasement avaient été plus rigoureuses que ce que les enquêteurs internationaux pensaient.

Les autorités de l'est de l'Ukraine ont mené «des recherches intensives dans la zone avec 800 volontaires, et il y a eu plusieurs corps récupérés durant ces premiers jours», a déclaré le premier ministre néerlandais.

Les restes retrouvés jusqu'à maintenant sont en cours d'identification aux Pays-Bas.

Une enquête séparée sur les causes de l'écrasement se poursuit, a indiqué M. Rutte.

PLUS:pc