POLITIQUE

Parti vert du Canada : la chef Elizabeth May fait le point sur la controverse entourant le conflit israélo-palestinien

06/08/2014 06:45 EDT | Actualisé 06/10/2014 05:12 EDT
CP

OTTAWA - La chef du Parti vert du Canada, Elizabeth May, affirme que l'ancien président de la formation est «un vrai Vert», mais admet que les récents commentaires pro-israéliens de Paul Estrin ont «créé la confusion» sur la position du parti relativement au conflit israélo-palestinien.

M. Estrin, qui a quitté son poste de président mardi en pleine controverse sur un billet de blogue qu'il a publié sur le site Internet du parti, aura encore un rôle à jouer dans l'avenir de la formation, a déclaré Mme May en entrevue.

Dans le billet, M. Estrin a accusé le Hamas d'armer les enfants de la bande de Gaza avec des grenades et «de demander aux citoyens d'être des moutons pour le sacrifice».

Dans un communiqué diffusé mardi soir, M. Estrin affirme qu'il n'a «jamais voulu créer la confusion ou créer un impact négatif pour le parti par ses actions».

Comme c'est souvent le cas dès que le conflit israélo-palestinien est abordé, la publication a semé la division. Certains partisans du Parti vert ont menacé de quitter la formation, tandis que d'autres ont félicité le président pour sa position.

Mme May a laissé entendre que la controverse avait rendu la démission de M. Estrin nécessaire, tout en précisant qu'il s'agissait de sa décision personnelle.

«Le problème n'est pas les commentaires qu'il a faits; le problème, c'est qu'en liant son titre à un billet de blogue personnel, il a causé la confusion», a déclaré Mme May, jointe mercredi en Colombie-Britannique.

La chef a indiqué qu'elle tentait maintenant de voir quel rôle M. Estrin pourrait jouer dans l'avenir du parti, «parce qu'il est un Vert très engagé».

Le Parti vert a longtemps maintenu une position de neutralité face au conflit israélo-palestinien, mais encourage également les membres du parti «à ne pas abandonner leur conscience en franchissant le pas de la porte».

«Les membres du parti peuvent voter selon leur conscience et pour ce qu'ils pensent que leurs électeurs veulent», a précisé Mme May.

La chef a clairement indiqué que son parti soutenait Israël et considérait le Hamas comme une organisation terroriste. Elle s'est néanmoins dite troublée par la ligne dure adoptée par le premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou et son parti, le Likoud.

«Nous soutenons la solution des deux États et nous voulons que notre gouvernement fasse le travail nécessaire pour en arriver à cette solution. Je suis pro-Israël, mais je ne suis pas pro-Nétanyahou, et en ce moment, le Canada semble être membre du Likoud, a déclaré Mme May. Nous perdons tout notre potentiel de jouer un rôle utile dans la résolution du conflit à cause de la position que nous prenons.»

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.

data-href="https://www.facebook.com/HuffPostQuebec" data-send="truedata-width="570"data-show-faces="false"data-font="arial">



Comment connecter son compte HuffPost à Facebook pour pouvoir commenter?


INOLTRE SU HUFFPOST

Les négociations israélo-palestiniennes depuis 1993