NOUVELLES

Wall Street fébrile face à un regain de tensions en Ukraine

05/08/2014 04:35 EDT | Actualisé 05/10/2014 05:12 EDT

La Bourse de New York a terminé en nette baisse mardi, fébrile face à un regain de tensions dans la crise ukrainienne et à de nouvelles spéculations sur la politique monétaire américaine: le Dow Jones a perdu 0,84% et le Nasdaq 0,71%.

Selon des résultats définitifs, le Dow Jones a cédé 139,81 points à 16.429,47 points, et le Nasdaq, à dominante technologique, 31,05 points à 4.352,83 points.

L'indice élargi S&P 500 a lâché 0,97% ou 18,78 points, à 1.920,21 points.

Dans le rouge dès le début de la journée, les indices ont nettement creusé leurs pertes en deuxième partie de séance "après un commentaire du ministre polonais des Affaires étrangères évoquant la possibilité d'une invasion de l'Ukraine par la Russie", a indiqué Michael James de Wedbush Securities.

Les combats entre forces ukrainiennes et séparatistes pro-russes se sont intensifiés mardi autour de Donetsk, le principal fief des insurgés.

A la frontière, la pression s'est accrue lundi avec le début de manoeuvres militaires russes impliquant plus de 100 avions de combat. Le président russe Vladimir Poutine a aussi annoncé mardi avoir ordonné au gouvernement de préparer des mesures de riposte aux sanctions européennes et américaines.

Une posture plus agressive de la part de Moscou "pourrait changer la donne", a estimé Mace Blicksilver de Marblehead Asset Management.

Les indices new-yorkais ont aussi pâti de l'humeur maussade qui plane sur le marché depuis la semaine dernière, a ajouté le spécialiste. Le S&P 500 avait alors enregistré sa pire chute hebdomadaire depuis mai 2012.

L'une des principales questions que se posent les courtiers américains est en effet de savoir quand la banque centrale (Fed) va commencer à relever ses taux d'intérêt, actuellement proches de zéro pour stimuler le crédit. Et les responsables de l'institution ont plusieurs fois indiqué que cela dépendrait de l'amélioration des statistiques.

L'annonce la semaine dernière d'un rebond spectaculaire de la croissance de 4% au deuxième trimestre puis la publication d'un rapport sur l'état du marché du travail américain en juillet un peu décevant mais solide avaient à cet égard fortement déstabilisé le marché.

Les statistiques publiées mardi sur l'économie américaine ont conforté ce sentiment.

La croissance de l'activité dans le secteur des services a d'une part accéléré plus que prévu en juillet aux Etats-Unis selon l'association professionnelle ISM.

Les commandes reçues par les industries manufacturières ont de leur côté progressé plus fortement qu'attendu en juin pour atteindre leur plus haut niveau depuis 22 ans, selon le département du Commerce.

"Le feu est à l'orange sur le marché", a commenté Mace Blicksilver. Alors que "plusieurs grands noms du marché évoquent une correction" et que les volumes d'échanges sont limités, les courtiers "ne vont pas prendre de positions importantes en sachant qu'ils auront du mal à s'en défaire s'ils se sont trompés".

Le marché obligataire a progressé. Le rendement des bons du Trésor à 10 ans a reculé à 2,483% contre 2,491% lundi soir, et celui à 30 ans, à 3,279% contre 3,295% la veille.

jum/lo/vog

PLUS:hp