NOUVELLES

Une nouvelle trêve à Gaza ouvre la porte à des négociations de paix

05/08/2014 07:36 EDT | Actualisé 05/10/2014 05:12 EDT

GAZA, Territoire palestinien - Israël et le Hamas observaient mardi une trêve temporaire, ce qui ouvrait la porte à des pourparlers en Égypte.

Les contours d'une solution pour la bande de Gaza éprouvée et isolée se profilaient, alors que la Norvège organisait une conférence de donateurs pour septembre et que le président palestinien Mahmoud Abbas, soutenu par l'Occident, proposait de superviser la reconstruction et de réaffirmer son autorité sur le territoire, perdue aux mains du Hamas en 2007.

Des forces fidèles à M. Abbas seraient déployées aux postes frontaliers de la bande de Gaza pour encourager Israël et l'Égypte à lever le blocus imposé après la prise de contrôle du Hamas.

Israël a retiré mardi ses forces terrestres des secteurs frontaliers de Gaza, et les deux parties ont mis fin aux attaques transfrontalières lors du début de la trêve à 8 h, heure locale. Les bombardements ont cessé et les rues de la ville de Gaza, désertes pendant la guerre, ont lentement repris vie.

Des médiateurs égyptiens feront la navette, au cours des prochains jours, entre les délégations israéliennes et palestiniennes au Caire, pour tenter d'en venir à une entente sur Gaza. La délégation palestinienne est dirigée par un proche du président palestinien Mahmoud Abbas, mais elle comprend aussi des membres du Hamas et d'autres factions.

Une délégation israélienne de trois membres est arrivée au Caire tard mardi, selon un responsable égyptien ayant parlé sous le couvert de l'anonymat. Les responsables du gouvernement israélien ont refusé de discuter des plans de la délégation et de sa composition.

À Washington, la porte-parole du département d'État Jen Psaki a affirmé que les États-Unis s'attendaient à prendre part aux pourparlers au Caire dans l'objectif de négocier une trêve à long terme entre Israël et le Hamas.

L'espoir est que la promesse d'une vie meilleure pour les habitants de la bande de Gaza puisse favoriser un compromis et contrer ce qui semblait être un affrontement sans fin. Les dissensions demeurent toutefois imposantes, particulièrement entre Israël et le Hamas.

Israël dit avoir infligé un dur coup aux capacités militaires du Hamas durant le dernier mois, disant vouloir s'assurer que le groupe ne puisse pas regarnir ses forces si les restrictions aux postes frontaliers sont assouplies.

Le Hamas a signalé une ouverture à céder une certaine autorité aux forces de M. Abbas dans la bande de Gaza, mais tient à avoir son mot à dire dans la reconstruction et soutient qu'elle ne désarmera pas.

Les demandes palestiniennes incluent notamment des travaux de reconstruction financés par la communauté internationale mais supervisés par le gouvernement d'unité nationale formé par M. Abbas et le Hamas avant le début de la guerre.

Un dirigeant du Hamas, Izzat Rishq, a indiqué que son organisation demandera un rôle dans les opérations de reconstruction, mais qu'elle est prête à laisser M. Abbas tendre la main lors de la conférence des donateurs.

«Nous savons que nous avons un gouvernement d'unité nationale qui peut s'occuper de la conférence des pays donateurs et de la reconstruction, mais la mise en application sur le terrain nécessitera une coopération nationale», a-t-il dit.

Un membre du ministère israélien des Affaires stratégiques, Yossi Kuperwasser, a déclaré qu'Israël est prête à discuter d'un allègement des restrictions frontalières, mais qu'elle a besoin de garanties que le Hamas ne se réarmera pas. Il a dit que la communauté internationale «peut jouer un rôle dans les accords de sécurité qui seront conclus pour Gaza», y compris en empêchant l'entrée de biens qui pourraient être détournés à des fins militaires par le Hamas.

Si une telle entente intervient, «la communauté internationale jouera évidemment un rôle pour aider et financer la reconstruction de Gaza», a-t-il dit.

Le porte-parole de l'armée israélienne, le colonel Peter Lerner, a déclaré mardi que 900 militants palestiniens avaient été tués. Il a ajouté qu'Israël a retiré ses dernières troupes terrestres de Gaza après avoir complété la destruction des tunnels transfrontaliers utilisés par des militants islamistes pour mener des attentats.

«Pendant la nuit, nous avons complété la destruction de 32 tunnels dans la bande de Gaza, a-t-il déclaré. Ils faisaient partie d'un plan stratégique du Hamas pour attaquer le sud d'Israël.»

Le colonel Lerner a indiqué que le Hamas et d'autres militants de Gaza ont tiré environ 3000 roquettes et obus de mortier contre Israël au cours du dernier mois. Il estime que les forces israéliennes ont détruit 3000 roquettes de plus au sol, mais prévient que le Hamas dispose toujours d'environ 3000 autres roquettes.

Le conflit a coûté la vie à près de 1900 Palestiniens et à 67 Israéliens.

PLUS:pc