NOUVELLES

Un général américain est tué en Afghanistan lors de tirs sur une base de l'OTAN

05/08/2014 01:12 EDT | Actualisé 05/10/2014 05:12 EDT

KABOUL - Un général américain a perdu la vie mardi, en Afghanistan, alors qu'un homme vêtu comme un soldat afghan a ouvert le feu sur une base de l'OTAN.

Quinze autres personnes, dont un brigadier-général allemand, ont aussi été blessées. L'attaque a été perpétrée au Camp Qargha, une base militaire située à l'ouest de la capitale, Kaboul.

Le général à deux étoiles serait le plus haut gradé américain à perdre la vie depuis le début de la guerre, il y a près de 13 ans.

Un porte-parole du ministère afghan de la défense, le général Mohammad Zahir Azimi, a indiqué que l'assaillant avait été abattu, parlant d'un «terroriste dans un uniforme de l'armée» ayant ouvert le feu sur des soldats étrangers et afghans. Il ne s'est pas avancé sur les motifs de l'attaque.

L'armée allemande a affirmé que 15 soldats de l'OTAN avaient été blessés dans une attaque lancée «probablement par des forces internes».

L'OTAN a dit enquêter sur l'attaque, tandis que le président afghan Hamid Karzaï a condamné un geste «lâche». Il s'agit d'un geste «par les ennemis qui ne veulent pas que l'Afghanistan se dote d'institutions fortes», a dit M. Karzaï.

Dans une déclaration envoyée aux journalistes, le porte-parole des talibans Zabioullah Moudjahid a salué le «soldat afghan» ayant perpétré l'attaque, de même qu'un policier dans la province de Paktia ayant ouvert le feu sur des soldats de l'OTAN plus tôt mardi. Il n'a pas pris la responsabilité de ces attaques.

La fusillade à Qargha survient alors que les attaques dites «internes» — des incidents lors desquels des soldats afghans s'en prennent à leurs partenaires de l'OTAN — ont largement décliné l'an dernier. En 2013, il y avait eu 16 morts dans dix attaques distinctes. En 2012, de telles attaques avaient fait 53 morts au sein des forces de la coalition dans 38 attaques distinctes.

Les talibans ont parfois clamé responsabilité pour de telles «attaques internes» comme preuve de leur infiltration des forces afghanes. D'autres sont attribuées à des règlements de compte personnels ou à du ressentiment de la part d'Afghans à l'égard d'une présence internationale persistante plus de douze ans après la chute du régime ultraconservateur taliban.

Les forces de sécurité afghanes subissent aussi de plus en plus d'attaques alors que le retrait prévu des forces étrangères approche. Mardi, une voiture de police a heurté une bombe en bordure de route dans la province du Nouristan, tuant trois policiers.

PLUS:pc