NOUVELLES

Iran: un réformateur condamné à six ans de prison ferme

05/08/2014 04:44 EDT | Actualisé 04/10/2014 05:12 EDT

Un ancien leader étudiant réformateur, Serajeddine Mirdamadi, a été condamné à six ans de prison ferme pour action contre la sécurité nationale et propagande contre le régime, a rapporté mardi l'agence officielle Irna.

"M. Mirdamadi a été condamné à cinq ans de prison ferme pour action contre la sécurité nationale et à un an de prison pour propagande contre le régime", a déclaré son avocate Ghiti Pourfazel.

"Nous allons certainement faire appel de ce jugement", a-t-elle ajouté.

Ancien leader étudiant, M. Mirdamadi a également travaillé au ministère de l'Intérieur du temps de l'ancien président réformateur Mohammad Khatami (1997-2005).

Il a quitté l'Iran en 2001 pour s'installer en France avant de revenir en Iran l'an passé après l'élection du président modéré Hassan Rohani.

Il a été arrêté début mai et se trouve en prison.

Dimanche, les médias ont rapporté la condamnation d'un célèbre intellectuel réformateur iranien, Hachem Aghajari, à un an de prison ferme pour "propagande contre le régime".

M. Aghajari, professeur d'université, avait été condamné à mort après avoir déclaré en 2003 que les musulmans n'étaient pas des "singes" censés "suivre aveuglément" leurs dirigeants religieux.

Sa peine avait été commuée en cinq ans de prison en 2004, et il avait finalement été lavé de toute accusation en mars 2005.

Plusieurs réformateurs ont été condamnés ces derniers mois à des peines de prison pour action contre la sécurité nationale et propagande contre le régime.

Le correspondant du Washington Post, Jason Rezaian, irano-américain, son épouse Yeganeh Salehi, également journaliste, et une photographe sont en prison depuis deux semaines sans que l'on sache quelles sont les accusations portées contre eux.

"Quatre personnes ont été arrêtées dont une a été libérée sous caution les premiers jours", a déclaré lundi le procureur général du pays, Gholahossein Mohseni Ejeie, cité par l'agence Isna.

Il a refusé de fournir d'autres détails car le dossier est dans la phase préliminaire, a ajouté l'agence.

La justice a également condamné à deux ans de prison et cinquante coups de fouet une journaliste iranienne Marzieh Rassouli pour "propagande contre le régime".

Une autre journaliste réformatrice Saba Azarpeyk est également emprisonnée depuis fin mai.

Le président modéré iranien Hassan Rohani, qui a pris ses fonctions il y a un an, avait promis plus de liberté sur le plan politique et social.

bur/cco

PLUS:hp