POLITIQUE

Gaza: l'«allégeance particulière» de Thomas Mulcair à l'égard d'Israël dénoncée (VIDÉO)

05/08/2014 11:47 EDT | Actualisé 05/10/2014 05:12 EDT

MONTRÉAL - Le leader néo-démocrate Thomas Mulcair muselle son caucus en raison de son «allégeance particulière» à l'égard d'Israël, a affirmé la militante et documentariste Mary Ellen Davis en marge d'un «die in» qui s'est tenu mardi devant les bureaux montréalais du chef de l'opposition.

«C'est un 'secret public' qu'il a une allégeance très forte — peut-être familiale — vers l'État d'Israël, et on dirait qu'il y a une espèce de loi du silence qui est imposée à l'intérieur du parti», a suggéré Mme Davis.

Selon celle qui dit maintenant regretter d'avoir voté pour le Nouveau Parti démocratique (NPD) aux dernières élections, en mai 2011, la formation politique devrait adopter une position plus ferme face à l'État hébreu, mais elle ne le fait pas en raison de l'omerta qui règne au sein du caucus.

Et beaucoup de députés souhaiteraient retrouver le droit de parole, a-t-elle suggéré, citant le cas de Libby Davies, dont la démission a déjà été réclamée à la Chambre des communes après qu'elle eut tenu des propos jugés hostiles à l'endroit d'Israël, en 2010.

«On essaie, par cette action (le 'die in'), de les encourager à briser le silence», a ensuite soufflé la militante, prêtant d'emblée des visées «électoralistes» aux troupes de M. Mulcair, à environ un an et demi du prochain scrutin fédéral.

Mme Davis, qui a déjà séjourné en Palestine, a symboliquement déchiré son bulletin d'adhésion au NPD devant la dizaine de personnes qui gisaient à ses pieds, sur le trottoir de la rue Laurier.

Certains des manifestants portaient des vêtements maculés de sang pour rappeler celui des victimes qui ont péri dans les affrontements entre Tsahal et le Hamas.

Tous avaient déposé sur leur corps allongé des pancartes sur lesquelles étaient écrits les noms de victimes palestiniennes — surtout les jeunes enfants — qui sont tombés sous les balles ou les tirs de missiles.

Ce rassemblement survient quelques heures après l'annonce du retrait des troupes israéliennes de la bande de Gaza, mais il n'en est pas moins pertinent, a assuré Mme Davis.

Le NPD devrait à son avis exercer davantage de pressions sur le gouvernement Harper afin que celui-ci exige un embargo immédiat sur la vente d'armes à Israël, la levée immédiate du blocus de Gaza ainsi que la fin de l'occupation de la Cisjordanie et de Jérusalem-Est.

En entrevue avec La Presse Canadienne, Mme Davis a affirmé qu'elle s'attendait à mieux «d'un parti qui se dit progressiste» et qui a été élevé au rang d'opposition officielle en grande partie grâce aux votes des Québécois.

Elle a soutenu que le NPD avait adopté une position officielle «insuffisante et truffée d'omissions» qui, «sous des apparences critiques (...) se distingue à peine de celle du gouvernement Harper».

M. Mulcair et Mme Davies ont refusé d'accorder des entrevues au sujet de l'existence possible de dissensions au sein du caucus, mardi.

Leparti a préféré réagir par écrit à la tenue de cette manifestation — qui consistait à attirer l'attention sur les victimes du conflit en simulant la mort dans un lieu public — en publiant une déclaration laconique.

«Depuis le début, le NPD s'est montré grandement préoccupé par l'impact de ce conflit sur la population civile, une inquiétude reflétée dans nos déclarations publiques», peut-on lire dans la communication transmise à La Presse Canadienne par Christopher Young, l'attaché de presse du service au caucus du NPD.

«Nous sommes fiers d'avoir une position juste et équilibrée dans ce dossier, contrairement aux conservateurs et aux libéraux», a-t-il poursuivi, attirant l'attention sur une pétition mise en ligne sur le site du parti, dont l'objectif est de permettre à des enfants de Gaza blessés de se faire soigner au Canada.

Lors d'un congrès tenu à Montréal en avril 2013, les militants du NPD avaient approuvé une résolution selon laquelle le parti souhaitait «travailler avec (ses) partenaires pour promouvoir la paix en Israël et en Palestine, en respectant les résolutions de l'ONU et le droit international, en appuyant la coexistence pacifique d'États viables et indépendants avec des frontières reconnues, en mettant fin à l'occupation israélienne de la terre palestinienne, et en mettant fin à la violence envers les civils».

Depuis le début de l'opération Bordure protectrice au Proche-Orient, il y a près d'un mois, près de 1900 Palestiniens ont perdu la vie dans les affrontements entre l'armée israélienne et le Hamas. Le bilan s'établit à 67 morts du côté israélien.

INOLTRE SU HUFFPOST

THOMAS MULCAIR