NOUVELLES

Décès au festival de musique électro de Toronto: deux comprimés en cause

05/08/2014 05:50 EDT | Actualisé 05/10/2014 05:12 EDT

MONTRÉAL - La police de Toronto a identifié, mardi après-midi, deux substances vraisemblablement responsables du décès de deux jeunes et de l'hospitalisation de 13 autres lors du festival de musique électronique de Toronto, le VELD.

Il s'agit de drogues se présentant sous la forme d'une «petite pilule brune» et d'une «petite capsule translucide» dans laquelle se trouvait une poudre blanche, a révélé le sergent Peter Trimble, en conférence de presse. Le porte-parole de la police torontoise a indiqué que bon nombre des personnes intoxiquées ne savaient même pas ce qu'elles prenaient lorsqu'elles ont décidé d'avaler l'un ou l'autre des deux comprimés — voire les deux.

Le sergent Trimble a précisé que certains jeunes ont avalé jusqu'à 10 doses des deux substances, alors que d'autres ont ramassé des comprimés à même le sol.

Les autopsies sur les corps des deux jeunes victimes de 20 et 22 ans ont été pratiquées mardi en journée, a révélé la police. Leur mort ne peut s'expliquer par des raisons «anatomiques», mais les autorités espèrent en savoir davantage sur la cause du décès lorsque les résultats toxicologiques seront connus.

La police a demandé aux quelque 30 000 participants du festival de musique électro de Toronto de remettre aux autorités toutes photos ou vidéos prises pendant l'événement. Ces données pourraient contribuer à faire avancer l'enquête à «grande échelle» de la police, pour résoudre ce qui est considéré comme deux homicides par les autorités.

La nature de la substance toxique n'a cependant pas été identifiée. Lundi soir, la police faisait savoir qu'il pourrait s'agir de MDMA, d'ecstasy ou encore de GHB. «Il y a des gens qui meurent en consommant cette drogue. Il faut s'assurer que nos jeunes ne soient plus menacés par cette substance», déclarait lundi le chef adjoint du Service de police de Toronto, Mark Saunders.

Les autorités policières de Toronto demandent toujours à ceux qui pourraient être en possession de certaines substances obtenues lors du festival torontois de les remettre aux autorités pour qu'elles puissent mener davantage de tests.

Ce drame survient à quelques jours de l'ouverture d'un nouveau festival de musique électronique, à Montréal. Le promoteur de l'événement, Evenko, a indiqué à La Presse Canadienne que plusieurs mesures seront en place pour s'assurer du bon déroulement du festival IleSoniq.

Les organisateurs de l'événement montréalais sont en contact avec ceux de Toronto, le groupe Ink Entertainment, a révélé Caroline Audet, porte-parole d'Evenko. Des discussions avec ce promoteur étaient déjà prévues pour connaître les «mesures qu'ils prennent dans leurs événements».

«Evenko présente plus de 1000 spectacles par année, dont des raves et des spectacles de musique électro. Ce n'est donc pas nouveau pour nous, et nous savons gérer ce type de clientèle. Evenko fait tout en son pouvoir pour contrôler les substances illicites à l'entrée de nos événements», soulignait Mme Audet, lundi soir.

Les organisateurs recommandent «fortement» aux participants de ne pas apporter ou consommer de drogue, a souligné la porte-parole. Un pharmacien doit néanmoins être à l'entrée du site des spectacles et travaillera de pair avec les agents de sécurité pour «identifier les substances».

Au festival électronique de Toronto, 40 secouristes, huit employés issus du domaine médical et un médecin devaient veiller au bon déroulement de l'événement, ont révélé les organisateurs du VELD, mardi.

PLUS:pc