NOUVELLES

Raonic établit les standards, sert de point de référence pour Pospisil

04/08/2014 07:27 EDT | Actualisé 04/10/2014 05:12 EDT

TORONTO - Avant la naissance de Milos Raonic et Vasek Pospisil, et même avant qu'ils soient suffisamment vieux pour tenir une raquette de tennis, une génération de Suédois menés par Stefan Edberg, Bjorn Borg et Mats Wilander ont dominé la discipline sur la scène internationale.

Aujourd'hui, c'est peut-être à Raonic et Pospisil de faire la même chose chez les Canadiens.

«Je crois qu'il existe une véritable opportunité pour les gars, ici au Canada, pour qu'ils puissent connaître le même rayonnement, a commenté Edberg. À partir de maintenant, ça devrait être une période très palpitante pour le tennis canadien.»

Considérant que Raonic a défait Pospisil dimanche à l'Omnium Citi, à l'occasion de la première finale canadienne de l'histoire du tennis masculin moderne, force est de constater que cette période n'en est qu'à ses premiers balbutiements. Ce que ce duel a également prouvé, c'est que Pospisil a encore beaucoup de pain sur la planche pour espérer rattraper Raonic, même s'il démontre des signes encourageants en poursuivant son ascension au classement mondial.

Pospisil, qui affrontera Richard Gasquet au premier tour de la Coupe Rogers mardi, est classé 27e au monde après avoir atteint sa première finale d'un tournoi de l'ATP. Raonic est de retour au sixième échelon mondial, après avoir décroché son sixième titre en carrière.

«Juste le fait de le voir, d'avoir grandi avec lui et de l'avoir battu lorsque nous étions plus jeunes, ça m'a motivé un peu plus et j'ai l'impression que je peux connaître du succès, moi aussi, a dit Pospisil lundi. J'ai encore plusieurs facettes de mon jeu à améliorer et à développer pour atteindre le top-10 mondial.»

Raonic est le point de référence pour Pospisil et cette nouvelle génération de tennismen canadiens, mais l'athlète originaire de Vancouver fait des progrès dernièrement. Une blessure au dos a contribué à sa série de huit défaites entre février et les Internationaux de France, et ç'a pris du temps à Pospisil pour revenir à 100 pour cent.

«J'ai retrouvé la santé pour la première fois pendant la semaine qui précédait Wimbledon, et ensuite j'ai retrouvé mon rythme, a-t-il expliqué. J'ai l'impression que je m'améliore à chaque semaine, et j'ai l'impression que j'ai retrouvé mes repères.»

Pospisil a retrouvé ses repères en double à Wimbledon lorsque l'Américain Jack Sock et lui ont décroché le titre masculin. Raonic a souligné que cette victoire en double pourrait avoir donné à Pospisil «une perspective et une confiance renouvelées dans ses moyens, dans le fait qu'il joue bien aussi tôt dans sa carrière».

Le Vancouvérois a qualifié son parcours depuis ses débuts dans le top-100 mondial «d'années assez incroyables». Le tennisman de 24 ans s'est tellement amélioré pendant cette période que Raonic et ses acolytes du tennis masculin n'ont pu faire autrement que de reconnaître son talent.

«Je crois qu'il s'améliore constamment, et surtout il accède régulièrement aux quarts de finale des tournois auxquels il participe, et il bat les gars qui sont à sa portée, a confié Raonic, qui entamera son parcours à la Coupe Rogers mercredi. Ce sont les premières étapes à franchir. C'est comme ça qu'on peut savoir si quelqu'un progresse, à ce stade-ci de son développement.»

PLUS:pc