NOUVELLES

Prévision de croissance en Amérique latine revue à la baisse pour 2014 (Cepal)

04/08/2014 03:26 EDT | Actualisé 04/10/2014 05:12 EDT

La Commission économique pour l'Amérique latine et les Caraïbes (Cepal) a annoncé lundi qu'elle revoyait à la baisse, à 2,2%, sa prévision de croissance pour la région en 2014, en raison d'une faible demande de matières premières, en particulier de la part de la Chine.

Selon un rapport de la Cepal, organisme qui dépend de l'ONU et a son siège à Santiago du Chili, les économies des pays d'Amérique latine et des Caraïbes "vont croître en moyenne de 2,2% en 2014, en raison de la faiblesse de la demande externe et interne, d'un investissement insuffisant et d'un espace limité pour la mise en oeuvre de politiques favorisant la réactivité".

C'est la deuxième fois que la Cepal abaisse sa prévision de croissance de la région pour 2014. Elle avait initialement envisagé une croissance de 3,2% pour l'ensemble de la zone, puis avait revu sa prévision à 2,7%.

Le ralentissement de la croissance en Chine est "le risque principal" d'ici la fin de l'année pour les pays de la région exportateurs de matières premières.

Le ralentissement économique observé fin 2013 s'est poursuivi dans les premiers mois de 2014, mais, selon la Cepal, "l'amélioration progressive de certaines des principales économies du monde devrait permettre un redressement de tendance fin 2014".

Toutefois, à moyen terme, une demande moins soutenue pour les principales exportations et un financement externe plus coûteux sont à prévoir.

Le Panama mènera la croissance dans la région en 2014 avec 6,7%, suivi de la Bolivie (5,5%) et de la Colombie, de la République dominicaine, de l'Équateur et du Nicaragua avec une croissance de 5%.

Le Brésil va croître de 1,4%, contre 2,5% en 2013, en raison de la "stagnation de l'investissement et de la faiblesse des exportations", a indiqué Alicia Barcena, la responsable de la Cepal.

La reprise attendue de l'économie américaine, qui devrait atteindre 2,5% cette année (1,9% en 2013), est le meilleur espoir pour la région, en particulier pour le Mexique, qui retrouvera la croissance (2,5%), mais à un rythme plus lent que prévu, selon le rapport.

L'économie argentine ne décollera quasiment pas (0,2%) par comparaison avec les 3% de 2013.

La situation actuelle de l'économie argentine pourrait décourager la renégociation de la dette, selon la Cepal.

L'Argentine, en conflit avec des fonds "vautours", vient d'être déclarée en défaut de paiement partiel après le blocage par la justice américaine d'un remboursement de sa dette.

"Il existe dans la région la préoccupation que cela puisse générer un précédent, il y a une préoccupation politique, et cela nous a tous surpris qu'un juge de New York puisse compromettre un pays aussi important que l'Argentine", a déclaré Mme Barcena à l'AFP.

"Nous étions optimistes sur la possibilité de parvenir à un accord, la vérité est qu'il est difficile de prédire ce qui va se passer", a-t-elle ajouté.

Le Chili et le Pérou connaîtront pour leur part une croissance de 3% et de 4,8% respectivement, en raison d'un investissement faible et d'une consommation des ménages réduite.

Dans les Caraïbes, Haïti et la République dominicaine connaîtront une croissance de 4,4%.

msa-rto/ms/hdz/plh

PLUS:hp