NOUVELLES

Jeux vidéo: la modération a bien meilleur goût, démontrent deux nouvelles études

04/08/2014 08:00 EDT | Actualisé 04/10/2014 05:12 EDT
Thinkstock

MONTRÉAL - Les jeunes qui jouent à des jeux vidéo moins d'une heure par jour sont plus équilibrés que les autres, tandis que les adolescents qui jouent à des jeux plus «matures» sont ensuite plus susceptibles d'adopter des comportements à risque, démontrent deux nouvelles études.

La première étude a été réalisée par des chercheurs de l'université britannique Oxford et est publiée dans les pages du journal médical Pediatrics. Elle conclut que les jeunes qui jouent moins d'une heure par jour sont les plus susceptibles d'être bien socialisés et de se déclarer heureux de leurs vies. Ces jeunes semblaient aussi moins à même de connaître des problèmes dans leurs relations interpersonnelles ou de souffrir d'hyperactivité.

En revanche, les jeunes qui consacrent plus de la moitié de leur temps libre aux jeux vidéo chaque jour semblent moins bien équilibrés que les autres, possiblement parce que cela les empêche de pratiquer d'autres activités plus enrichissantes ou parce que cela les expose à du contenu inapproprié, destiné aux adultes.

Les chercheurs préviennent toutefois que l'impact (positif ou négatif) des jeux vidéo est très petit comparativement à des facteurs comme l'environnement familial, les relations nouées à l'école et le confort matériel dont profitent les enfants.

La seconde étude, réalisée par des chercheurs de l'université Dartmouth, au New Hampshire, prévient que les adolescents qui jouent à des jeux conçus pour des adultes sont ensuite plus à risque d'adopter de multiples comportements déviants, comme la consommation d'alcool, le tabagisme, l'absentéisme et les relations sexuelles à risque.

Ces jeux — et surtout ceux mettant en vedette des personnages antisociaux — semblent modifier la perception qu'ont les adolescents d'eux-mêmes, ce qui influence leur comportement dans la réalité.

Les chercheurs se sont notamment intéressés aux jeunes qui jouent à des jeux vidéo comme «Spiderman», «Manhunt» et «Grand Theft Auto». Ils ont déterminé que ces jeux sont associés avec des changements de la personnalité, des attitudes et des valeurs des joueurs, plus particulièrement en les rendant plus rebelles et en augmentant leur goût du risque. L'effet était le plus prononcé chez les joueurs les plus assidus et chez les amateurs de jeux aux personnages antisociaux.

Cette deuxième étude est publiée dans le Journal of Personality and Social Psychology.

INOLTRE SU HUFFPOST

40 ans de consoles de jeux vidéos