POLITIQUE

Le centenaire du début de la Première Guerre mondiale est souligné à Ottawa (VIDÉO)

04/08/2014 09:25 EDT | Actualisé 04/10/2014 05:12 EDT

OTTAWA - Le premier ministre Stephen Harper a souligné lundi à Ottawa le centenaire du déclenchement de la Première Guerre mondiale, le 4 août 1914, en rappelant notamment que le conflit, malgré les énormes pertes humaines, a constitué un élément fondateur de la nation canadienne.

«Avec des pertes terribles, le Canada, en tant que pays véritablement indépendant, a été forgé dans les feux de la Première Guerre mondiale», a déclaré M. Harper devant une foule composée de vétérans et de militaires rassemblés au Musée canadien de la guerre.

Le premier ministre avait visité en matinée le Monument commémoratif de guerre du Canada sur la colline parlementaire, où il a déposé une gerbe de fleurs sur la tombe du Soldat inconnu.

Le dominion du Canada est entré de facto dans le conflit il y a un siècle lorsque la Grande-Bretagne a déclaré elle-même la guerre contre l'Allemagne. Le 4 août 1914 au soir, le gouverneur général du Canada, le duc de Connaught, a reçu un télégramme de Londres l'informant que la Grande-Bretagne était en guerre contre l'Allemagne. Le duc a alors annoncé au gouvernement de Robert Borden que le Canada était officiellement impliqué dans la Première Guerre mondiale.

Au total, 620 000 Canadiens se sont engagés sous les drapeaux britanniques pendant le conflit, et 419 000 d'entre eux ont traversé l'Atlantique; 60 000 ne reviendront jamais au pays.

Cette guerre est considérée comme un point tournant de l'histoire canadienne, alors que le pays s'est débarrassé de son passé de colonie pour devenir un État indépendant de la mère-patrie britannique. Les succès remportés par les soldats canadiens sur divers champs de bataille — dont Ypres, Vimy et Passchendaele — ont suscité un grand sentiment de fierté nationale, en plus de renforcer l'idée que le Canada pouvait se tenir seul sur la scène internationale, sans la Grande-Bretagne.

Le conflit a également donné l'occasion au Canada de soutenir des alliés dont la souveraineté et l'existence même étaient menacées, a dit M. Harper, avant d'ajouter que le pays le fait toujours aujourd'hui. «Voilà pourquoi, aujourd'hui, nous nous tenons de nouveau auprès de nos amis et alliés dont la souveraineté, dont l'intégrité territoriale, voire carrément les libertés et l'existence, sont encore à risque», a-t-il déclaré, en faisant référence aux positions fortes d'Ottawa en appui à l'Ukraine et Israël.

«Ce grand conflit se déroulant de l'autre côté de l'océan n'avait pas besoin de nous impliquer. Mais alors, tout comme maintenant, lorsque nos amis et les valeurs que nous partageons avec eux sont menacés, les Canadiens ne battent pas en retraite.

«Justice et liberté; démocratie et État de droit; droits de l'homme et dignité humaine. Pendant un siècle, voilà ce pourquoi nos concitoyens se sont battus. Et voilà les notions que nous défendrons toujours.»

L'anniversaire de lundi était souligné de diverses façons dans plusieurs villes du pays. À Halifax, le début des hostilités devait être rappelé avec l'extinction de l'éclairage de sites publics importants à 22 h. Les citoyens étaient invités à faire de même pendant une heure.

Dans le centre-ville de Toronto, un groupe de jeunes hommes vêtus de costumes d'époque se sont attirés des regards emplis de curiosité alors qu'ils distribuaient des exemplaires du «Flanders Fields Post», un quotidien historique fictif. L'un des «camelots» a dit être heureux d'avoir la chance d'éduquer les gens sur le rôle du Canada durant la Première Guerre mondiale.

À Saint-Jean, Terre-Neuve-et-Labrador, une cérémonie oecuménique devait être célébrée lundi soir à la basilique cathédrale Saint-Jean-Baptiste, pour marquer le moment exact où le gouverneur général de la colonie a appris par télégramme que Londres était entrée en guerre contre Berlin.

INOLTRE SU HUFFPOST

Photos de la première guerre mondiale