NOUVELLES

Une autre école de l'ONU touchée par une frappe dans la bande de Gaza: 10 morts

03/08/2014 05:29 EDT | Actualisé 03/10/2014 05:12 EDT
ASSOCIATED PRESS
A Palestinian boy carries his belongings after salvaging them from his destroyed house, in the heavily bombed town of Beit Hanoun, Gaza Strip, close to the Israeli border, Friday, Aug. 1, 2014. A three-day Gaza cease-fire that began Friday quickly unraveled, with Israel and Hamas accusing each other of violating the truce. (AP Photo/Lefteris Pitarakis)

RAFAH, Territoire palestinien - Une école des Nations unies abritant des civils déplacés dans le sud de la bande de Gaza a été touchée, dimanche, par une apparente frappe israélienne, faisant au moins 10 morts et 35 blessés, selon un responsable palestinien des services de santé.

La frappe a touché une école pour garçons près de la ville de Rafah, alors que l'armée israélienne poursuivait ses opérations dans l'enclave palestinienne au 27e jour de son offensive contre le Hamas.

Le directeur des opérations de l'Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés palestiniens (UNRWA), Robert Turner, a déclaré que les premières indications laissaient croire à une frappe israélienne près de l'école, qui fournit un abri à quelque 3000 personnes. Il a indiqué qu'au moins un employé de l'ONU semblait avoir été tué.

Des témoins ont déclaré que l'attaque avait eu lieu alors que des gens faisaient la file pour obtenir de la nourriture. L'armée israélienne n'a fait aucun commentaire dans l'immédiat.

Dans une scène chaotique dans le périmètre de l'école, plusieurs corps, dont ceux d'enfants, étaient éparpillés au sol dans des flaques de sang. Des empreintes ensanglantées tachaient le sol où des gens se sont précipités pour transporter les blessés dans des ambulances.

Certains blessés, dont des enfants arborant des bandages sanglants à la tête, ont été transportés à l'hôpital koweïtien de Rafah, tandis que d'autres ont été traités dans une clinique improvisée sous une tente.

Plusieurs corps sans vie, recouverts de tissu blanc, étaient alignés au sol.

Au moins six installations de l'ONU, dont des écoles abritant les déplacés, ont été touchées par des frappes israéliennes depuis le début des hostilités dans la bande de Gaza, suscitant des condamnations internationales. Dans chaque cas, l'armée israélienne a affirmé avoir répliqué à des extrémistes qui tiraient des roquettes ou menaient d'autres attaques à proximité.

Plus de 1700 Palestiniens, en majorité des civils, ont été tués en 27 jours d'affrontements entre Israël et le Hamas, de même que 67 Israéliens, principalement des soldats.

L'armée israélienne a lancé le 8 juillet une vaste opération dans la bande de Gaza pour faire cesser les tirs de roquettes visant les grandes villes d'Israël et démanteler les tunnels transfrontaliers construits par les extrémistes pour perpétrer des attentats.

L'armée a frappé plusieurs cibles dimanche. Des obus d'artillerie ont touché deux grands immeubles du centre-ville de Gaza et de puissantes explosions pouvaient être entendues à quelques secondes d'intervalle, ont indiqué la police et des témoins.

Un responsable des services de santé dans la bande de Gaza, Ashraf al-Kidra, a affirmé qu'au moins 30 Palestiniens avaient péri dimanche, dont neuf lors d'une même frappe dans le sud du territoire. L'armée israélienne a indiqué avoir visé 180 cibles au cours de la journée.

Alors que les violences se poursuivaient, plusieurs chars et autres véhicules militaires ont été vus en train de quitter l'enclave palestinienne. Dans un discours télévisé samedi, le premier ministre Benyamin Nétanyahou a laissé entendre que l'armée réévaluerait ses opérations après avoir complété la destruction des tunnels du Hamas le long de la frontière.

Le gouvernement israélien a par ailleurs annoncé, samedi soir, que le soldat porté disparu dans la bande de Gaza depuis vendredi avait en fait été tué au combat. Israël avait accusé le Hamas de l'avoir enlevé.

Des Palestiniens fuient les attaques d'Israël


Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.

data-href="https://www.facebook.com/HuffPostQuebec" data-send="truedata-width="570"data-show-faces="false"data-font="arial">



Comment connecter son compte HuffPost à Facebook pour pouvoir commenter?