NOUVELLES

Trois shebab présumés passés par les armes en public pour meurtre à Mogadiscio (police)

03/08/2014 05:21 EDT | Actualisé 03/10/2014 05:12 EDT

Trois islamistes somaliens shebab présumés, dont un ayant participé à une récente attaque contre la présidence somalienne, ont été fusillés en public dimanche à Mogadiscio, quelque jours après avoir été condamnés à mort pour meurtre, a annoncé la police.

"Trois membres des shebab, dont l'un ayant apporté son aide à la dernière attaque en date sur le palais présidentiel, ont été exécutés ce (dimanche) matin", a déclaré à l'AFP Abdi Mohamed, un responsable de la police.

"La Cour les avait condamnés tous les trois à mort il y a quelques jours et l'exécution s'est déroulée aujourd'hui" dimanche, a-t-il ajouté.

Les trois hommes ont été fusillés par un peloton d'exécution, à l'école de police de Mogadiscio, en présence de responsables militaires et de dizaines de spectateurs.

Deux autres shebab, qui avaient avoué avoir tué une étudiante travaillant pour une ONG, avaient déjà été exécutés en public le 15 juillet à Mogadiscio.

Selon Amnesty International, le gouvernement fédéral somalien, qui ne contrôle qu'une faible portion du territoire de la Somalie, a procédé à 15 exécutions en 2013, auxquelles s'ajoutent 19 exécutions dans la région autoproclamée autonome du Puntland (nord-est), qui dispose de ses propres autorités.

Human Rights Watch (HRW) avait sévèrement critiqué en mai dernier le fonctionnement des tribunaux militaires somaliens, affirmant que les procès devant ces juridictions étaient "inéquitables" et ne respectaient pas les procédures. Selon HRW, ces cours militaires ont prononcé l'an dernier des dizaines de condamnations à mort.

La loi somalienne donne compétence aux tribunaux militaires pour juger les shebab présumés qui combattent les fragiles autorités de Mogadiscio, soutenues à bout de bras par la communauté internationale.

nur-ayv/sd

PLUS:hp