NOUVELLES

Simoneau termine 2e en solo aux Mondiaux juniors de nage synchronisée

03/08/2014 01:13 EDT | Actualisé 03/10/2014 05:12 EDT

MONTRÉAL - Même si elle n'a pu mettre la main sur la médaille d'or tant convoitée, Jacqueline Simoneau est satisfaite de sa deuxième place dans l'épreuve solo aux Championnats du monde juniors de nage synchronisée de Helsinki, dimanche.

«Ce n'est pas la fin du monde, a-t-elle lancé d'emblée. Je suis allée là-bas pour avoir du plaisir, pour gagner de l'expérience et c'est ce que j'ai fait. Ça va paraître dans mes prochaines compétitions.»

En finale, Simoneau a présenté un score de 170,89 points, dont 81,32 ont été acquis pour ses figures — le meilleur résultat parmi toutes les participantes. Elle a concédé la victoire à la Russe Anisiya Neborako (171,13), tandis que la Japonaise Asuka Tasaki a complété le podium avec une récolte de 168,78. La Québécoise s'est toutefois dite très heureuse, car elle a gagné un rang en finale après l'avoir entamée en troisième place.

«Je viens de connaître ma meilleure semaine en solo, a-t-elle assuré. On a fait des changements lors des deux derniers jours qui ont cotnribué à rendre ma routine plus artistique. Ça m'a donné plus de points à cause du niveau de risque, et j'en ai gagné davantage dans le volet artistique. Sauf que j'en ai perdu d'autres aux niveaux de la technique et de la difficulté.»

Ce résultat est néanmoins une amélioration pour celle qui est entraînée par Meng Chen, l'entraîneure-chef de Synchro Canada, car Simoneau avait acquis la médaille de bronze lors des derniers Mondiaux juniors présentés à Volos, en Grèce, en 2012.

«J'ai vraiment bien nagé et j'ai gagné le prix pour les figures, ce qui est très rare pour le Canada, surtout contre la Russie, a fait remarquer la principale intéressée. J'ai vraiment senti que j'avais l'appui de toutes les filles présentes ici, et tout le monde m'a dit que je méritais vraiment de surpasser (Neborako). Pour moi, ça signifie beaucoup plus que d'avoir la médaille d'or.»

La Montréalaise âgée de 17 ans, native de Ville Saint-Laurent, n'a pris part qu'à l'épreuve en solo à Helsinki. Cette compétition, qui se tient tous les deux ans, a toujours été un tremplin pour les jeunes athlètes de talent du pays. Elle s'est terminée dimanche.

Simoneau ne fait pas partie de l'équipe canadienne junior puisqu'elle a déjà sa place au sein de l'équipe senior. Elle fait équipe en duo depuis peu de temps avec Karine Thomas, de Gatineau, âgée de 25 ans. Il s'agissait de sa dernière participation en carrière aux Mondiaux juniors.

L'athlète fort prometteuse a bien hâte de passer à une autre étape de sa jeune carrière qui la propulsera, espère-t-elle, jusqu'aux Jeux olympiques de Rio en 2016. La Coupe du monde de la FINA, événement quadriennal qui aura lieu à Québec au début du mois d'octobre, marquera son passage complet dans la cour des grandes. Ça ne semble toutefois pas l'intimider outre-mesure.

«Ce sera un avantage d'être devant mes partisans, a assuré Simoneau. Puisqu'il n'y aura pas d'épreuve en solo, mon but serait de monter sur le podium en duo.»

Simoneau est toutefois consciente qu'elle a des facettes de ses routines à améliorer pour menacer l'élite mondiale chez les seniors.

«Personnellement, je sais que je dois travailler sur mon extension, parce qu'en nage synchronisée il faut avoir une bonne flexibilité, et sur ma rythmique», a expliqué celle qui considère être «un peu plus mature» que ses rivales de son âge.

L'année 2015 sera fort remplie pour elle, avec une participation aux Jeux panaméricains de Toronto en juillet, suivie des Championnats du monde en Russie, une semaine plus tard.

Grande adepte de sports aquatiques en bas âge, Simoneau est arrivée à la nage synchronisée vers l'âge de 8 ans, après avoir essayé le plongeon, la natation et même le water-polo. Elle a fait son choix, «pas tant déchirant que ça», quelques années plus tard en optant définitivement pour la nage synchro.

PLUS:pc