NOUVELLES

Raonic gagne un duel historique contre Pospisil en finale à Washington

03/08/2014 04:27 EDT | Actualisé 03/10/2014 05:12 EDT

WASHINGTON - Le roi du tennis canadien ne tient pas à perdre sa couronne.

Milos Raonic a passé un message clair, dimanche, dans une victoire convaincante de 6-1, 6-4 face à son compatriote Vasek Pospisil lors d'une finale en-deçà des attentes au tournoi de Washington. La première finale toute canadienne de l'ère moderne de l'ATP a duré seulement 67 minutes.

«Ça me donne beaucoup de confiance», a dit Raonic, qui a mis la main sur un premier titre en 2014 et qui grimpera d'un rang à l'échelle de l'ATP pour égaler son sommet personnel au sixième échelon mondial.

«J'ai toujours dit que j'étais à mon meilleur sur surface dure et puisque j'ai bien fait cette année sur terre battue et sur gazon, j'étais gonflé à bloc pour cette semaine. D'avoir obtenu un tel résultat dès cette semaine, c'est génial.»

Raonic, de Thornhill, en Ontario, a été presque parfait à son premier tournoi depuis sa défaite contre Roger Federer en demi-finale à Wimbledon. En tant que deuxième tête de série à Washington, Raonic n'a pas échappé de manches grâce en partie à ce que Pospisil a qualifié de «meilleur service sur le circuit présentement».

Raonic a échappé seulement deux points sur sa première balle de service dimanche et a sauvé la seule balle de bris qu'il a donnée à Pospisil lors du deuxième duel entre les deux hommes sur le circuit de l'ATP. Raonic avait vaincu Pospisil en trois manches lors des demi-finales de la Coupe Rogers de Montréal l'été dernier.

«C'est un mélange du fait qu'il ait bien joué et que j'avais les jambes très lourdes, a raconté Pospisil, qui avait passé plus de trois heures et demie sur le terrain samedi puisque son match quart de finale de vendredi avait dû être complété samedi en raison de la pluie. J'ai manqué un peu de carburant. Ç'a m'a pris du temps à trouver mon rythme, mais je dois lui donner crédit, il a très bien joué.»

Pospisil, de Vernon, en Colombie-Britannique, participait à une première finale de l'ATP en carrière. L'athlète de 24 ans a connu tout un revirement dans sa saison, lui qui a atteint au moins les quarts de finale lors de quatre de ses cinq derniers tournois, quelques mois à peine après avoir vécu une série de huit revers au printemps en raison d'une blessure au dos. Pospisil va passer du 36e au 28e rang du classement de l'ATP lors de la mise à jour, lundi.

«C'est une semaine très positive pour moi, a-t-il dit. Je ne m'attendais pas à grand-chose aujourd'hui après les 24 heures que je venais de vivre. Mais c'est une semaine très positive, qui inclut une victoire contre un membre du top-5», contre le no 5 Tomas Berdych, le favori du tournoi.

Il y avait certainement une forte présence canadienne au complexe de tennis William H.G. Fitzgerald. Plusieurs amateurs avaient des drapeaux canadiens ou des chandails unifoliés.

«Ce n'est pas seulement ici, a mentionné Raonic. Avec moi qui fait bien, et Eugenie Bouchard et Vasek et plusieurs autres, ce genre d'ambiance nous suit un peu partout à travers le monde et c'est vraiment super de voir ça.»

La finale 100 pour cent canadienne était un autre des nombreux moments historiques récents pour le tennis canadien, et dans ce cas-ci, il est survenu la veille du seul arrêt canadien des circuits majeurs de tennis, la Coupe Rogers.

Plus tôt cette année à Wimbledon, Raonic est devenu le premier Canadien à atteindre les demi-finales d'un tournoi du Grand Chelem, tandis que Bouchard, de Westmount, est devenue la première Canadienne à participer à la finale d'un tournoi majeur.

«C'est comme si l'histoire était réécrite en continue», a dit Pospisil, qui a gagné le titre en double à Wimbledon en compagnie de l'Américain Jack Sock.

«En tant que Canadien, j'ai l'impression de toujours en entendre parler, comme à Wimbledon avec Genie Bouchard ou Milos, alors oui, c'est bien. Mais pour moi, c'était spécial parce que c'était ma première finale en carrière (dimanche). Mais oui, c'est spécial de faire partie de ce mouvement.»

Par ailleurs, la Russe Svetlana Kuznetsova a mis fin à une disette de quatre ans sur le circuit de la WTA en venant à bout de la Japonaise Kurumi Nara 6-3, 4-6, 6-4, lors de la finale féminine.

PLUS:pc