NOUVELLES

Présidentielle afghane : l'audit reprend sans Abdullah (responsables)

03/08/2014 06:29 EDT | Actualisé 03/10/2014 05:12 EDT

L'audit des votes de la présidentielle afghane de juin a repris dimanche mais sans les représentants d'Abdullah Abdullah, le candidat donné perdant par les résultats officiels et qui demande que certains critères de l'audit soient précisés, a annoncé la commission électorale.

"La commission a attendu hier et aujourd'hui, mais nous sommes déjà à la mi-journée et les observateurs de M. Abdullah ne sont toujours pas ici", a déclaré aux journalistes le porte-parole de la commision, Noor Mohammad Noor. "Nous avons donc décidé de reprendre le processus sans plus d'interruptions".

Les deux candidats qui se sont affrontés au 2e tour de la présidentielle le 14 juin, Ashraf Ghani et Abdullah Abdullah, se sont accusés mutuellement de fraude.

Début juillet, la commission électorale avait publié des résultats préliminaires plaçant M. Ghani en tête avec 1 million de voix d'avance, ce que M. Abdullah a rejeté catégoriquement, créant des tensions inquiétantes entre les partisans des deux camps.

Pour faire baisser la tension et trouver une solution à la crise politique, un audit inédit de l'ensemble des votes a été décidé le 12 juillet, sous le patronage du secrétaire d'Etat américain John Kerry venu jouer les intermédiaires.

La vaste opération d'audit des 8,1 millions de votes a débuté le 17 juillet, mais depuis cette date plusieurs suspensions ont perturbé le déroulement de l'audit.

L'équipe de M. Abdullah, notamment, conteste une partie de la procédure, demandant des critères plus poussés concernant la façon dont les votes jugés frauduleux sont invalidés.

Initialement, l'investiture du nouveau président afghan devait avoir lieu le 2 août.

emh/bgs/mtp/ia/ml

PLUS:hp