NOUVELLES

Portugal: 7,2 milliards $ pour sauver une importante banque du pays

03/08/2014 10:24 EDT | Actualisé 03/10/2014 05:12 EDT

LISBONNE, Portugal - Les autorités portugaises débourseront quelque 7,2 milliards $ CAN (4,9 milliards d'euros) dans le cadre d'un plan de sauvetage visant à éviter la faillite de la banque Banco Espirito Santo, l'une des plus grandes et des plus vieilles institutions financières du pays.

Carlos Costa, le gouverneur de la Banque du Portugal, a indiqué, tard dimanche, que l'argent proviendrait d'un fonds spécial mis sur pied pendant la récente crise financière de la zone euro, et servant à aider les institutions financières en difficulté.

Ce geste survient après que le cours de l'action de la banque eut perdu près de 75 pour cent de sa valeur, la semaine dernière, à la suite de la publication de résultats financiers faisant état de pertes semestrielles records de 5,2 milliards $ CAN (3,58 milliards d'euros). Un audit a en effet révélé des dettes précédemment passées sous silence. Le scandale impliquant la famille Espirito Santo, l'une des plus célèbres du Portugal, a attiré l'attention du public.

Ces difficultés dissimulées ont échaudé les marchés internationaux, qui craignent que la crise financière ayant récemment frappé les pays de la zone euro pourrait ne pas être terminée, et que d'autres secrets pourraient être découverts.

Selon M. Costa, les autorités ont été poussées à intervenir pour éviter la contagion à l'ensemble du système financier national.

Les entreprises rentables de la banque controversée, dont sa branche de vente au détail, seront élaguées pour former une nouvelle banque appelée Novo Banco, qui conservera le personnel actuel de la banque. M. Costa a par ailleurs précisé que les dépôts des épargnants étaient protégés.

Quant aux actifs toxiques, ils demeureront dans la Banco Espirito Santo, qui se transformera alors en «mauvaise banque». M. Costa n'a pas voulu donner plus de détails.

La Banque du Portugal a reconnu qu'il avait été erroné de croire les données fournies ces dernières années par la Banco Espirito Santo. Certains politiciens réclament une enquête sur l'incapacité présumée des organes de réglementation et de régulation à découvrir les problèmes de l'institution financière. M. Costa affirme que la banque a violé les règles financières, et était coupable de mauvaise gestion.

La banque se trouve au coeur de l'empire de la famille Espirito Santo, qui s'étend sur quatre continents.

Le scandale a éclaté en mai après qu'une vérification eut mis des irrégularités comptables à jour. Plus tard, les dettes dissimulées ont été révélées. Au cours des derniers jours, les trois principales sociétés de portefeuille de l'empire se sont toutes placées sous la protection de la loi sur les faillites.

La police soupçonne l'ancien patron de la banque, Ricardo Espirito Santo Salgado, de fraude, de fabrication de faux et de blanchiment d'argent. Celui-ci a démissionné le mois dernier. Avant ses récents problèmes, la banque était la plus importante institution financière privée du pays.

PLUS:pc